Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  soleane le 5/9/2018, 06:10

J'ai lu les articles, c'est à la fois rassurant et effrayant de voir que mon agence, avec 2 burn-out n'est pas une exception... On est plusieurs à attendre avec impatience les modalités de suppression de personnel, pour partir avec la sécurité des ARE avant d'en arrivé là à notre tour. On est plusieurs à tenter les thérapies alternatives pour "tenir le coup", et l'ostéopathe qui nous suit toutes doit pouvoir financer comptant maintenant une belle résidence secondaire vu le temps qu'on passe chez lui... C'est moins compliqué à vivre et on se remet moins en cause personnellement quand on sait que cela ne vient pas de nous mais de l'organisation, même si c'est une bien maigre consolation.

Même les OS trouvent maintenant la situation normale et minimisent ce qui se passe et notre mal-être, il y a toujours pire ailleurs, je finis par penser qu'ils se dédouanent, comme la direction, et rejettent la faute sur notre sensiblerie supposée, comme la direction. Ici ils ne viennent presque plus, et les rares fois où une OS vient, quelle que soit son bord, c'est pour nous dire qu'on est bien et qu'on devrait arrêter de nous plaindre.

On (direction, OS, collègues...) nous dit également que c'est pire dans les autres entreprises, qu'on est des privilégiés, qu'on devrais y réfléchir à 2 fois avant de partir. Pour exemple tous ces DE qui viennent s'inscrire, et qui se plaignent de leur méchant ancien employeur, parfois en pleurs...

Et hop, la boucle est bouclée, quelle est la seule échappatoire qui reste ?
avatar
soleane
les superactifs

Nombre de messages : 971
Age : 40
Date d'inscription : 08/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 5/9/2018, 19:39

Ton agence est des plus maltraitante, 2 burn out et tout le personnel chez l'ostéopathe affraid et si cela ne suffisait pas les OS qui trouvent que finalement tout va bien

La mienne, en comparaison, est presque tranquille.

Courage


_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  soleane le 5/9/2018, 20:21

Nous sommes jugé agence la plus tranquille de la région par tous, il me semble qu'une agence est sous suivi psy, de même que les RH de la DR, et 1 ou 2 agences ont un coaching managérial, et nous avons finalement un taux d'arrêt de travail assez bas par rapport aux autres agences, malgré en 4 ans 2 burn-out avec plus de 6 mois chacune, 2 cancers avec presque un an chacune, et mes 4x1mois sans lien avec popol. Shocked

Après, il ne faut pas rentrer dans la spirale "il y a pire ailleurs",chaque situation est différente et vécue différemment par chacun, j'ai des collègues qui vont super bien et ne comprennent pas qu'on puisse envisager de partir, parce qu'il ne faut pas oublié qu'on peut toujours aller bosser ailleurs, la sortie n'est pas forcément funeste. J'ai profité des pannes de la nouvelle version pour actualisé mon cv, et le mettre en ligne, et je suis bien placée pour sonder les employeurs !

On se soutient avec d'autres qui pensent partir, on se parle de temps et temps et on se remonte le moral en parlant de "l'après", ça nous aide à ne pas sombrer, et à prendre de la distance avec ceux qui ne comprennent pas et essayent de nous faire rester avec des discours diabolisant et pessimistes sur ce qu'il y a "ailleurs".

Édition : en revanche, on a le pire résultat qvt de la région, qui nous a valu remontrance de la DT un jour de rs où les "gueulards" étaient absents...
avatar
soleane
les superactifs

Nombre de messages : 971
Age : 40
Date d'inscription : 08/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  IDEFIX le 6/9/2018, 07:45

J'ai vu le premier article.

Personnellement, j'aime ma mission et continue à la tenir tant que je ne suis pas dans un conflit de valeurs - je l'ai frôlé avant l'été, tutrice d'une jeune CISP embauchée en CDD d'un mois, qui avait fait 300 kms en louant un R B and B pour venir travailler dans notre agence (600 € - pas d'aide à la mobilité). Elle a été cantonnée par son REP à une action de phoning, il a fallu que je bataille pour qu'elle puisse participer à un atelier que j'animais, à une animation "numérique" pour les conseillers, juste le droit de se mêler aux services civiques à l'accueil, pas d'accueillir en entretien physique ! - quand elle a fini son phoning, j'ai toqué aux portes des collègues pour qu'elle découvre d'autres aspects du métier (renforcé, glo, entreprise...). Cette 1ère expérience de tutrice m'a été très difficile, ayant affaire à une collègue qualifiée en médiation socio-économique, 3 ans d'expérience en Mission Locale. J'ai fait son bilan pour les RH en soulignant les missions limitées- Quand son REP m'a dit "'j'ai vu plus motivée et n'ai pas de reproches à me faire" je me suis autorisée à lui dire que tout le monde ne prendrait pas un CDD d'un mois en laissant la 1/2 de sa paie.

Je ne pense pas être sollicitée de sitôt pour être tutrice (dommage, 4 ans pour avoir la formation...) mais ne regrette pas de m'être exprimée. ça a été aussi compliqué avec le collectif, entre ceux qui étaient contre l'action de phoning sur leur portefeuille, ceux qui me demandaient pourquoi je n'en faisais pas plus pour la collègue, ceux qui ont jugé qu'elle "faisait la tête" (elle avait postulé pour un contrat de 6 mois)... Devinez qui lui a offert des douceurs en la remerciant pour son travail (qui était top) ! J'ai signalé cette situation à un élu syndical lors d'une visite qui m'a dit "garde ta déontologie, ça se perd".

Il y a 12 ans, dans ma 1ère année à l'ANPE, la directrice adjointe (assez "pète sec") m'avait dit à juste titre : "on a un métier où il faut être bien dans sa tête. Ce n'est pas possible de tenir en face de notre public si on est fragilisé". Les burn outs sont bien connus dans d'autres métiers avec la relation d'aide (burn out des soignants).

En gros, on cumule : évolution forcée comme France Télécom, le Trésor Public, et la pression du temps/des moyens comme les soignants...

Si un jour je devais avoir une nouvelle vie pro, je pense que je garderais les contacts, tâcherais de retrouver des aspects juridiques, mais n'irait plus forcément en relation d'aide.
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 999
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 6/9/2018, 18:31

Il faut se protéger aussi. Je viens de dire à mon Rep que je refusais de travailler sur un atelier et de l'animer avec une collègue qui a déjà fait pleurer plusieurs personnes ici, m'a agressée sans raison. Ce n'est pas la première fois à mon encontre et il y a eu d'autres cas.
Je peux gérer les aléas d'un groupe de personnes ou de stagiaires sans souci mais je me protège des aléas d'humeur et de propos agressifs d'une collègue mal dans sa peau. Difficile pour elle d'exprimer la gêne supposée, le ressenti sans agresser l'autre.
Elle  a sans doute des problèmes perso mais ce n'est pas une raison pour agresser les autres. Fatigué on peut toujours exprimer que l'on préfère rester seul ou sommes en incapacité de traiter des situations complexes, ou dire que l'on en supporte mal telle ou telle situation.
Entre la pression des usagers, de l'Eld on n'a pas à subir celles des collègues ! Sinon bonjour l'ambiance...

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 6/9/2018, 19:07

Soléane je pense aussi qu'il faut regarder ailleurs. Il faut reconnaitre que les conditions de salaire et facilités horaires, congés sont appréciables et difficile de trouver mieux ailleurs. ou alors on échange les bons tuyaux !
Je ne dis pas qu'il ne faut pas se battre.
Après dans chaque agence c'est différent, changer quand on peut . Le verre à moitié vide ou à moitié plein selon
La vie en dehors du travail est importante...
Je suis dans une agence où on peut innover, expérimenter c'est sympa pour les créatifs dont je fais partie. J'ai quelques collègues avec qui je bosse bien et échange de manière super intéressante.
On a un métier passionnant il faut être en veille sur plein de choses, on peut être utiles aux autres.

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 6/9/2018, 19:20

c'est un peu marche ou crève Twisted Evil

Il faut prendre du recul sur tout ce qu'on fait et/ou on nous fait faire, c'est primordial pour tenir. Les "pressions chiffrées" permanentes me passent au dessus de la tête, très très largement.

D'autres pensent qu'en courbant l'échine ils auront de l'avancement, quelques collègues avalent des couleuvres grosses comme des boas depuis des années, qui disent oui à tout et qui n'obtiennent jamais rien, ni remerciements ni pognon. Elles souffrent mais elles replongent à chaque "appel à volontariat". Elles me font de la peine

On a 2 CDD en ce moment, une qui bouffe de l'accueil et n'a aucun portefeuille, une nana avec lequel j'ai du échanger 10 minutes en 6 mois mais qui partait gagnante sur l'autre qui elle a un portefeuille depuis plusieurs mois. Cette dernière est un peu ma fille spirituelle, elle met les formes (pas moi) mais ne se laisse pas piétiner, elle a forte personnalité. Mais avant hier j'ai appris que l'ELD l'avait dans le nez et que ses jours étaient comptés.

Quant à la 1ere qui partait favorite pour rester elle a eu la bêtise de raconter à certains collègues qu'elle ne souhait pas rester et s'est remonté aux oreilles de la Dape. C'est mort pour elle Twisted Evil peut être une chance pour ma fille spirituelle Very Happy

Aujourd'hui j'ai reçu d'une OS le lien que je mettais l'autre jour (exprimez vous)




_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  soleane le 6/9/2018, 21:19

Dcreation, Je viens de l'industrie, j'étais technicien qualité, je n'ai toujours pas récupéré le salaire que j'ai abandonné en venant à l'Anpe, j'avais aussi des RTT et encore plus de souplesse horaires, un meilleur ce, et de vraies chances d'évolution. Ces conditions sont toujours d'actualité, ce n'est pas un bon argument en ce qui me concerne sinon j'y serais toujours, le dernier qui m'a dit ça est reparti avec une très claire comparaison avec la prostitution... C'est typiquement le genre de discours culpabilisant qui m'agace et qui fait le terrain du burn-out, qui nie le mal-être de la personne et la cantonne à un compte en banque et des privilèges hypothétiques. C'est mon coeur, le manque de reconnaissance et ma conscience professionnelle qui sont en peine, je ne crois pas avoir jamais évoqué ma situation financière ici.

Je ne me bats plus, je fais le job, toujours consciencieusement, et ICT n'est qu'un fabricant de PQ (vous pouvez vérifier, c'est véridique !! Laughing Laughing Laughing ). Je me renseigne sur les postes dispo de ci de là dans les entreprises qui me botterais. Et je reste bienveillante avec mes collègues qui le sont avec moi, les autres, je les évite désormais.
avatar
soleane
les superactifs

Nombre de messages : 971
Age : 40
Date d'inscription : 08/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 6/9/2018, 23:49

Le métier de formateur ou conseiller en insertion hors pôle emploi est cdd et trés mal payé. Attendre de la reconnaissance de l'établissement me rendrait malheureuse celle de mes usagers et certaines collègues est là et je m'en contente. J'ai la chance d'être dans une agence ou je me sens bien et on aimerait que ce soit partout.
Mon parcours pour revenir a été suffisamment douloureux car on m'a fait clairement comprendre que mes compétences n'avaient plus cours et que je n'avais pas ma place. La bataille a été gagnée ! Je savoure...
Pourquoi culpabiliser ?

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  IDEFIX le 7/9/2018, 07:13

Comme Soleanne, je suis passée par le privé (14 ans).

Le discours "vous avez des avantages, un 13ème mois et une mutuelle, si vous n'êtes pas contents allez voir ailleurs", je l'ai entendu dès les années 90 (my god !) dans le commerce de gros, ailleurs aussi. Je n'ai gagné ni financièrement ni en avantages en quittant en 2006 un poste d'assistante administrative en SSII pour l'ANPE- renseignement pris, mes ex-collègues de l'époque ont autant de RTT, tickets restaurants, avantages CE que moi...

Dans la notion de mal-être voire souffrance, que ce soit France Télécom, l'administration fiscale, pôle emploi, l'éducation nationale, les travailleurs sociaux,les personnes touchées n'évoquent pas un côté matériel mais de valeurs de travail : sentir qu'on accompli sa mission en étant en manque de moyens, avec une pression qui part du haut de la pyramide jusqu'au CDD à l'accueil, c'est autre chose.

Si nous nous en tenons strictement aux critères économiques, Bruno Le Maire & co auront gain de cause- "pôle emploi n'est pas rentable". Sauf que "les sciences humaines ne sont pas exactes" (expression entendue d'un principal de collège, ô combien juste).

Alors oui, c'est vrai, quand on est conseiller en insertion professionnelle on s'expose à de la précarité et un salaire qui n'est pas mirobolant. Je dirais que c'est "bon à savoir" pour toute personne qui s'engage dans cette voie, ou qui veut y revenir après avoir suspendu son parcours professionnel.

Mais j'entends que certains parmi nous soient en souffrance. Tout comme j'ai entendu que certains ex-ANPE aient voulu partir vers l'indemnisation par saturation du suivi/de l'accompagnement et des multiples plans d'actions...
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 999
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  fifi_72 le 7/9/2018, 08:06

Je vais faire simple : tout pareil que EFE : les ICT et autres conneries me passent au-dessus de la tête. J'ai les mêmes qui baissent la tête et avalent des boas constrictor...
Nos CDD ont tous un portefeuille (ouf !) et par chance on a des personnes vraiment très bien : à l'écoute, bienveillantes... le seul hic c'est qu'on ne pourra pas les garder car c'est la politique en IDF, les CDD qui sont CDIsés partent vers une autre agence (soupir...)

J'ai réunion de service aujourd'hui, je garde sous le coude qu'ICT est une marque de PQ Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

_________________
Fifi_72
avatar
fifi_72
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3410
Age : 49
Date d'inscription : 02/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 7/9/2018, 10:53

La souffrance au travail est liée à de multiples facteurs mais chacun a un pouvoir sur lui même dans sa philosophie personnelle. La leçon laissée par le bun out de mon époux...
J'aime ce que j'ai, j'accepte que tout n'est pas parfait, je me sens utile au travail et en dehors et  cela me rend heureuse. Chaque jour en me levant je pense que je vais faire de belles rencontres, pouvoir sourire, je suis heureuse d’être en vie. je ne culpabilise plus de vouloir tout faire et trés bien la vie et le temps fait bien des choses à notre place...
Comme fifi72 les ict me passent au-dessus de la tête mais la satisfaction des mes demandeurs est mon moteur choisi !
Il s'agit d'un tout autre domaine au dela  des conditions de travail etc

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 8/9/2018, 14:17

soleane a écrit: et ICT n'est qu'un fabricant de PQ (vous pouvez vérifier, c'est véridique !! Laughing Laughing Laughing ).
Very Happy Very Happy Very Happy c'est trop fort, je l'ignorais Very Happy Very Happy
Un peu d'humour dans ce monde de brutes, merci Soleane Very Happy Very Happy

L'image du méga chiotte encombré de PQ ne va plus me quitter Very Happy Very Happy

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 8/9/2018, 18:05

Pour rejoindre ce qu'évoque Idéfix sur le fait que Pôle emploi n'est pas rentable, il faut chiffrer le coût de la misère sociale et de l'assistanat c'est celui des conséquences : le chômage pathologies mentales, addictions,  celui des casses et destructions de biens publics, , trafics divers, des voitures brûlées des jeunes de banlieue qu protestent. Ce serait en effet bien pire si il n'y avait Pôle emploi, les missions locales, les associations de terrain etc..;;

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  IDEFIX le 11/9/2018, 20:26

dcreation a écrit:Pour rejoindre ce qu'évoque Idéfix sur le fait que Pôle emploi n'est pas rentable

Dcreation, ces propos ne viennent certes pas de moi, c'est l'avis d'un politique qui l'a exprimé plusieurs fois...


avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 999
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 22/9/2018, 23:17

bonsoir Idéfix j'aurai sans doute faire un copier coller du texte tel que tu l'avais écrit désolée... j'espère que tu accepteras mes excuses si tu t'es sentie offensée...mais je pense que chacun a compris que je ne citais pas tes propos. Je parlais d'évocation et non d'affirmation. study Pour mémoire évoquer : rappeler à la mémoire, mentionner...

"Si nous nous en tenons strictement aux critères économiques, Bruno Le Maire & co auront gain de cause- "pôle emploi n'est pas rentable". Sauf que "les sciences humaines ne sont pas exactes" (expression entendue d'un principal de collège, ô combien juste).

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 30/9/2018, 00:58

La souffrance au travail avec le flicage. Ici ils viennent de rajouter juste après les anomalies de conformité au Conseil en Évolution professionnelle pour les guidés, les fiches avec le discours négatif des mécontents qui ont eu une enquête par téléphone. J'en ai une pour une de récupérée d'un autre portefeuille encore jamais vue, mon chef voulait que j'appelle j'ai dit non et déchiqueté le truc sous son nez....

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 30/9/2018, 08:59

enquête de satisfaction post ESI ??

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  IDEFIX le 30/9/2018, 09:44

Nous aurons toujours des mécontents, par contre le CEP n'est normalement pas mis en œuvre au moment de l'ESI (du moins informatiquement : on ne peut pas cocher "CEP" en conclusion d'entretien).

Une personne peut être mécontente parce qu'on lui demande de vérifier son projet, parce qu'elle 'est pas éligible à un dispositif (et on en aura, avec le PIC limité aux infra bac ou les AIF !), parce que sa candidature à un poste/une formation n'est pas retenue... confused

Avant de prendre le relais, je demande l'historique au collègue - tout n'est pas écrit.

Tiens, formation à venir "animer des GEP" ! "Groupe d'évolution personnelle"- pas sur les aspects technique, mais la "posture" (ça revient !) des conseillers.
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 999
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 30/9/2018, 12:24

IDEFIX a écrit:Une personne peut être mécontente parce qu'on lui demande de vérifier son projet, parce qu'elle 'est pas éligible à un dispositif (et on en aura, avec le PIC limité aux infra bac ou les AIF !), parce que sa candidature à un poste/une formation n'est pas retenue... confused  
parce que dans l'imaginaire collectif PE finance toutes les formations, parce que les OF disent que PE finance automatiquement à hauteur de 1500e, parce qu'elle ne maîtrise pas le français, parce qu'elle le parle mais ne sait pas l'écrire ni le lire, parce qu'elle vise assistante sociale alors qu'elle a quitté l'école à 14 ans, parce qu'elle a un casier judiciaire et voulait travailler dans un aéroport, parce qu'elle pense que l'agent de sécu est assis toute la journée comme le cousin de son voisin, parce qu'elle ne sait pas conduire et voudrait devenir chauffeur de taxi............. mais aussi parce qu'un DE ne voit pas l'intérêt de travailler son projet (focus compétences, initier son évolution pro, enquêtes métier, PMSMP, etc etc) "puisqu'il sait ce qu'il souhaite faire"

Pour eux nous sommes "empêcheurs de tourner en rond"

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 30/9/2018, 16:28

La fiche concernait  des propos enregistrés lors d'une enquête de satisfaction ...c'est en plus des fiches CEP goutte d'eau qui a fait déborder le vase
ce qui m'a gavé c'est que j'attendais une réponse pour une autre DE auprs d'un service DR, la personne dont j'avais le nom est partie 3 semaines en vacances sans message sur sa boite. J'ai renvoyé le mail 4 fois car la demandeuse me harcelait malgré mes réponses disant que c'était en cours. Ma chef a voulu "me remonter les bretelles" car mon dernier mail était adressé ailleurs dans ce service et mentionnait le nom du mec en question qui n'as pas apprécié...
J'ai répondu que nous avions 72 h pour répondre et dit que ce délai devait aussi être valable pour ces gens de hautes sphères qui ne voient jamais un DE,
que ses mails auraient dus être pris en charge par ses collègues,
que son nom dans le mail était juste que l'on puisse savoir qui étai concerné et me donner la réponse attendue de la même manière mon nom figure dans tous les mails des demandeurs de mon porte feuille
Que je n'étais pas responsable de l'interprétation tordue qui pouvait être faite d'un mec que je ne connais et qui est allé se plaindre à la hiérarchie  au lieu de me passer un coup de fil !
grand prix du bal des faux culs
Il faut éviter de faire des vague surtout !
je vais faire un mal pour synthétiser tout çà car je pense que l'on pourrait me le ressortir et hors contexte de préférence.
j'ai redit que cet empilage de conneries commençait à me gaver

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  dcreation le 30/9/2018, 16:50

Comme dit idéfix on a toujours des mécontents c'est sur mais ce qui me mécontente le plus c'est le mépris affiché vis à vis des conseillers par la hiérarchie ...
en première ligne, mains dans le camboui à faire le boulot pénible, aucun soutien, aucune posssibilité d'évolution et m****e !

dcreation
les actifs

Nombre de messages : 238
Age : 56
Date d'inscription : 05/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 30/9/2018, 18:39

dans la même veine, mais dans l'autre sens : ce qui m'énervait il y a qques années encore mais me fait doucement sourire aujourd'hui, les mails en provenance de la DT à destination de nos DE.

Le mail est envoyé vers un gus de la DT qui l'achemine à un autre gus de la DT qui lui le route vers un 3è gus de la DT qui le route à son tour vers un chargé de mission qui le route aux agences, certes, mais au DAPE qui le transfère aux REP qui, enfin, le font parvenir aux conseillers.

C'est ainsi qu'un jour le "dernier échelon" nous a transféré un mail pour un recrutement d'une grosse société sans regarder le contenu du mail initial mais avec comme commentaire "à vos portefeuilles"......... sauf que la journée de recrutement était passé depuis 2 semaines Very Happy Very Happy

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  efe le 30/9/2018, 18:44

dcreation a écrit:mains dans le camboui à faire le boulot pénible, aucun soutien, aucune posssibilité d'évolution et m****e !
je milite pour la mise en place d'observation durant 48h minimum d'un poste de conseiller. Mais pas un truc un peu arrangé avec pause café, petits biscuits, non non, une observation dans les conditions réelles qui commencerait par 9h/13h15 à l'accuei, suivi par une après midi d'ESI pour la première journée avec, le lendemain, un mélange d'ARC indemnisation puis de l'accueil rénové de nos collègues GDD qui doivent traiter leurs dossiers tout en répondant au 3949, pour finir par un demi atelier et le service entreprise


_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10442
Age : 88
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: comment la souffrance au travail a gagné les rangs de Pôle emploi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum