Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

Négociation assurance chômage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Négociation assurance chômage

Message  efe le 3/6/2017, 16:33

L’assurance-chômage pour les démissions va-t-elle faire exploser les chiffres de Pôle Emploi ?



Quels pourraient être les effets de la mesure proposée par le président Macron qui permettra aux salariés démissionnaires de bénéficier d’indemnités chômage tous les cinq ans ?
Une mesure proposée par le président Macron permettra aux salariés démissionnaires de bénéficier d'indemnités chômage tous les cinq ans. Il serait toutefois impossible de continuer à les percevoir après avoir refusé deux postes.
De nombreux journalistes et analystes se penchent sur cette mesure et certains formulent des inquiétudes : cette mesure ne va-t-elle pas faire exploser le nombre de demandeurs d'emploi ?
Deux effets seraient envisageables, l'un à court terme avec des chômeurs démissionnaires venant augmenter les rangs de Pôle Emploi, et l'autre lié à des effets d'aubaine.
 À court terme, les démissionnaires au chômage vont-ils vraiment gonfler les rangs des inscrits à Pôle Emploi ?
Les démissionnaires n'avaient aucun droit à indemnité et donc peu de raisons de se faire connaître de Pôle Emploi. En revanche si l'assurance-chômage venait à les concerner, ils viendraient pointer et augmenter le nombre de chômeurs. Si cette mesure était rétroactive, ce qui est rarement le cas, elle s'appliquerait à des personnes à la recherche d'un emploi ayant déjà démissionné avant la loi.
On peut donc penser que seules les personnes démissionnant après sa mise en oeuvre viendraient légèrement gonfler les individus en catégorie A. En effet, le taux de sortie pour démission est de 1 à 2 % et pour rupture conventionnelle de 0,4 à 0,7 % selon la taille et le secteur d'activité de l'entreprise (Dares indicateurs, n° 54, juillet 2015). En outre, deux salariés sur cinq ont déjà trouvé un emploi avant de quitter le leur.
Existe-t-il un risque d'effet d'aubaine ?
Cette loi pourrait-elle cependant favoriser les effets d'aubaine, c'est-à-dire inciter des personnes à démissionner pour bénéficier d'une indemnité plutôt que de continuer à travailler. On retombe dans le vieil arbitrage économique entre temps de loisirs et temps de travail, et l'idée que les indemnités incitent les salariés à allonger la durée de leur période de chômage. Sur ce point je pense qu'un élément a été omis dans le raisonnement : les risques liés à l'incertitude. Un salarié aurait-il réellement intérêt à prendre le risque de démissionner dans un pays qui connaît un chômage de masse autour de 10 % ?
Il me semble que cela pourrait se révéler très hasardeux, puisque la personne qui choisirait ainsi d'arbitrer pour du temps libre courrait ainsi le risque de rester durablement au chômage. Or il est notoire que plus la durée d'inactivité est longue, plus il est ardu de retrouver un emploi, après 6 mois cela devient très difficile. L'individu sacrifierait donc sa capacité de consommation, sa possibilité de rembourser son prêt immobilier, etc., pour bénéficier de temps libre, je trouve l'idée assez ridicule.
L'effet d'aubaine pourrait cependant réellement exister pour une personne ayant une qualification très recherchée et qui aurait la quasi-certitude de retrouver un emploi. Cependant, des offres lui seraient alors très rapidement proposées, alors même qu'elle ne pourrait en refuser plus de deux sans perdre ses droits. Un tel effet d'aubaine n'agirait donc qu'à très court terme, sans compter qu'une incertitude existerait encore quant au poste retrouvé au final : rien ne garantirait d'être gagnant.
Somme toute, les salariés susceptibles de quitter leur poste seraient sans doute ceux qui se sentent mal dans leur travail et auraient sans doute démissionné. En revanche, une telle mesure pourrait aussi inciter ceux qui souhaitent créer une entreprise, mais qui hésitaient à prendre ce risque... à sauter le pas !
SYLVIE FONTANA


Dernière édition par efe le 20/1/2018, 08:23, édité 1 fois

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10279
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  manu le 7/6/2017, 16:51

[quote="efe"]

L’assurance-chômage pour les démissions va-t-elle faire exploser les chiffres de Pôle Emploi ?




Sur ce point je pense qu'un élément a été omis dans le raisonnement : les risques liés à l'incertitude. Un salarié aurait-il réellement intérêt à prendre le risque de démissionner dans un pays qui connaît un chômage de masse autour de 10 % ?[/justify]
Il me semble que cela pourrait se révéler très hasardeux, puisque la personne qui choisirait ainsi d'arbitrer pour du temps libre courrait ainsi le risque de rester durablement au chômage.
Mme Fontana devrait se rendre à un Pole emploi car des cas comme cela on en voit tous les jours depuis qu'il y a la rupture conventionnelle alors avec les nouvelles règles MACRON ....
avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 383
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  manu le 7/6/2017, 16:54

"Sur ce point je pense qu'un élément a été omis dans le raisonnement : les risques liés à l'incertitude. Un salarié aurait-il réellement intérêt à prendre le risque de démissionner dans un pays qui connaît un chômage de masse autour de 10 % ?
Il me semble que cela pourrait se révéler très hasardeux, puisque la personne qui choisirait ainsi d'arbitrer pour du temps libre courrait ainsi le risque de rester durablement au chômage. "
[/b]
Mme Fontana devrait se rendre à un Pole emploi car des cas comme cela on en voit tous les jours depuis qu'il y a la rupture conventionnelle alors avec les nouvelles règles MACRON ....
avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 383
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  soleane le 7/6/2017, 19:43

C'est très curieux, je ne sais pas si vous l'avez observé aussi, mais quand la crise a démarré, il a eu un pic de démissionnaires, mais également à chaque annonce de plan social médiatisé, même lointain.

Les gens prennent le risque, oui, chacun se dit, grâce aux médias, que les 10% d'actifs au chômage sont des feignasses, mais que si soi-même on cherche, on s'en sortira. Et c'est le discours qu'il tiennent en esi, plein d'espoir : "moi, je ferais ce qu'il faut, je resterai pas au chômage, je ne peux pas". Alors s'il y a des allocations à la clé, certains n'hésiteront pas. Et j'avoue que je pourrais en faire partie si je trouve une opportunité en cdd, au lieu d'attendre un cdi pour le faire !

Si ça se met en place, il y aura un effet d'aubaine, c'est évident, avec une augmentation soudaine du nombre d'inscrit, qui baisserait aussi vite dès que les entreprises auront remplacé les démissionnaires. Ça "brassera" un bon coup le fichier, d'un autre côté, ça nous permettra de voir de nouvelles têtes !

On ne peut pas protéger les gens d'eux même, malheureusement, ils se rendront compte trop tard pour certains qu'ils ont fait le mauvais choix, et que le chômage n'est pas une période de vacances aux frais de la princesse. Je dirais tant pis pour ceux-là.

Le pire ? C'est que ça rendra service à certains enseignes de fast-food qui peinent à embaucher parce qu'elle ne propose que des cdi et ne licencient pas !
avatar
soleane
les superactifs

Nombre de messages : 902
Age : 39
Date d'inscription : 08/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  IDEFIX le 16/6/2017, 10:38

manu a écrit:"Sur ce point je pense qu'un élément a été omis dans le raisonnement : les risques liés à l'incertitude. Un salarié aurait-il réellement intérêt à prendre le risque de démissionner dans un pays qui connaît un chômage de masse autour de 10 % ?
Il me semble que cela pourrait se révéler très hasardeux, puisque la personne qui choisirait ainsi d'arbitrer pour du temps libre courrait ainsi le risque de rester durablement au chômage. "
[/b]
Mme Fontana devrait se rendre à un Pole emploi car des cas comme cela on en voit tous les jours depuis qu'il y a la rupture conventionnelle alors avec les nouvelles règles MACRON ....

Je suis à 100% d'accord - en 2008/2009, en demandant aux inscrits ce qui les avaient amenés à l'ANPE, "j'ai fait une rupture conventionnelle pour faire une formation/parce que je voulais changer"... quasiment autant d'effet que la crise !
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 925
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  efe Hier à 08:22

Assurance-chômage : ce que veut le gouvernement, ce que disent patrons et syndicats

Publié le vendredi 19 janvier 2018 06:23  Écrit par SudOuest.fr avec AFP

Revue des points d’accords et de désaccords sur la réforme sensible de l’assurance-chômage.

Les partenaires sociaux planchent chaque jeudi jusqu’au 15 février sur la réforme sensible de l’assurance-chômage. Revue des points d’accords et de désaccords entre eux et le gouvernement.

Élargir l’indemnisation des démissionnaires

– Le gouvernement : pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait promis d’indemniser les démissionnaires. Environ 70 000 d’entre eux sont déjà indemnisés chaque année, dans des cas bien précis. A l’automne, le président de la République a mis des conditions à sa promesse, notamment l’existence d’un projet professionnel. Avec un million de démissions enregistrées par an, la mesure fait craindre des effets d’aubaine et une facture élevée. Le gouvernement souhaite donc que l’allocation soit plafonnée et réduite dans le temps.
– Les partenaires sociaux : plafonner et réduire dans le temps l’allocation ? Pas question, ont répondu de concert syndicats et patronat le 11 janvier, refusant des "droits dégradés". "Il y a des solutions pour qu’on indemnise les démissionnaires avec les mêmes droits", assure FO. Syndicats et patronat vont s’atteler à définir ce qu’est un projet professionnel. "Ça peut être un projet de création d’entreprise, un projet de reconversion professionnelle …", a fait valoir le président du pôle social du Medef, Alexandre Saubot.



Ouvrir aux indépendants
– Le gouvernement : l’indemnisation des travailleurs indépendants, une catégorie fourre-tout de plus de trois millions de personnes, qui va du coiffeur, à l’artisan en passant par le livreur Deliveroo, vire au casse-tête. Le gouvernement n’a pas exclu non plus une cotisation pour les travailleurs des plate-formes.
– Les partenaires sociaux : il est urgent… d’attendre, disent les partenaires sociaux, dans la ligne d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et de l’Inspection générale des finances (IGF) qui invite à "la prudence". Véronique Descacq (CFDT) souhaite "entamer le chantier dès maintenant mais programmer le travail à plus long terme". Quant à une potentielle cotisation pour les travailleurs des plates-formes : "en gros, personne n’en veut !", a résumé Jean-François Foucard (CFE-CGC), expliquant néanmoins qu’ils allaient essayer "d’avancer" sur les plates-formes.



Haro sur les contrats courts

– Le gouvernement : il a demandé que soit trouvé un dispositif pour "lutter contre la précarité" et les contrats courts qui coûtent cher à l’assurance-chômage. Il n’est plus question pour l’instant de "bonus malus", qui hérisse le patronat. Mais le gouvernement est prêt à le ressortir si les partenaires sociaux ne proposent rien de solide.
– Les patrons et les partenaires sociaux : le Medef semble avoir reçu le message : "On a bien compris et la pression mise par le gouvernement, et les attentes de nos partenaires", glisse Alexandre Saubot. L’idée émise pour l’instant est de faire des propositions dans les secteurs qui utilisent le plus les contrats courts, comme le prévoit la dernière convention d’assurance-chômage conclue au printemps 2017. Dans le viseur notamment : hôtellerie-restauration, intérim et le médico-social. Mais la CGT ne croit ni à la bonne volonté du Medef, ni aux menaces du gouvernement, et dénonce "un jeu de dupes".



Contrôle des chômeurs

– Le gouvernement : sur ce sujet polémique, et aussi promesse de campagne (multiplier par cinq les équipes de contrôle), le gouvernement a confirmé qu’il allait revoir l’échelle de sanctions et ferait des propositions.
– Les partenaires sociaux : "On ne nous demande pas de négocier sur le sujet et je doute qu’on ait la capacité de dire beaucoup de choses communes" avec le patronat, explique la CFDT, en allusion aux déclarations de Pierre Gattaz sur le "contrôle journalier" des chômeurs.



Gouvernance de l’Unédic

– Le gouvernement : il souhaite faire "jouer un rôle plus important à l’Etat", dans un système géré actuellement de manière paritaire. L’Etat intervient déjà en donnant ou non son aval aux conventions d’assurance-chômage.
– Les patrons : "Nous ne sommes pas pour le paritarisme de caution", a averti Jean-Michel Pottier (CPME). Dans sa feuille de route, le gouvernement avait indiqué qu’il proposerait "des schémas d’évolution possible d’ici la fin du mois de janvier".

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10279
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Négociation assurance chômage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum