Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 3/11/2013, 20:36

A voir dimanche 24 novembre, 20h30 sur LCP

http://www.lcp.fr/IMG/pdf/LCP_-_bulletin_des_programmes_-_semaine_48-2.pdf


Dernière édition par efe le 25/11/2013, 10:44, édité 4 fois

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  cheese cake le 21/11/2013, 19:24

un très bon article du Monde ! et bientôt un docu sur LPC (lisez le canard de cette semaine)

Pôle emploi : "Je n’ai plus le temps"
LE MONDE | 21.11.2013 à 09h03 • Mis à jour le 21.11.2013 à 13h36 |
Propos recueillis par Jean-Baptiste Chastand

Un conseiller Pôle emploi d'une des agences les plus chargées de France, en zone urbaine sensible, a écrit un long récit de son quotidien, baptisé « Ce matin est un jour comme les autres ».
Un soir, au bout « d'une journée particulièrement tendue », Bertrand (le prénom a été changé), conseiller Pôle emploi dans une des agences les plus chargées de France, en zone urbaine sensible, a écrit un long récit de son quotidien, baptisé « Ce matin est un jour comme les autres ». Il l'a envoyé aux syndicats de l'organisme, puis l'a complété pour Le Monde.
Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr.

Conseiller depuis huit ans, titulaire d'un master, Bertrand, trentenaire, est payé 2 000 euros brut, sur 14,5 mois, comme le prévoit la convention collective de Pôle emploi. Son témoignage atteste de la charge de travail et de l'incroyable pesanteur administrative et informatique que doivent affronter les conseillers de Pôle emploi. Et de la déshumanisation qui en découle pour les chômeurs. Voici son témoignage.

« 6 h 30 : je me lève.

7 h 30 : j'arrive au travail. Je connecte mon PC sur ma session. Quinze minutes plus tard ma session s'ouvre enfin ! “Ecran bleu”, j'attends que Novell Zenworks 7 ait lancé mes applicatifs en espérant que tout fonctionne cette fois-ci !… tout fonctionne (pour le moment).

7 h 45 : je lance en priorité ma boîte mail pour vérifier que je n'ai pas des mails “urgents” à traiter pour hier… J'ai une dizaine de mails que j'arrive à épurer. Il m'en reste une dizaine, on verra plus tard. Je dois finaliser le travail de montage de l'Action de formation préalable au recrutement (AFPR) [dispositif qui prévoit de former un chômeur non rémunéré en entreprise avec une promesse d’embauche à la clé] que je n'ai pas eu le temps de faire hier.

Je viens souvent à 7 h 30, même si Pôle emploi ne m'autorise à badger qu'à partir de 7 h 45. On a une activité contrainte de 8 h 30 à 16 h 30. Venir avant me permet de traiter les dossiers en retard. On peut déclarer jusqu'à une quinzaine d'heures supplémentaires et poser des jours de récupération. Au-delà, les heures sont écrêtées. En 2012, j'ai perdu ainsi une quarantaine d'heures de travail.

Rémunération de formation Pôle emploi (RFPE), demande d'aides aux frais associés à la formation (Dafaf), Jourform [qui permet de calculer le nombre de jours ouvrés entre deux dates] et Viamichelin [qui permet de calculer la distance entre le domicile du demandeur d’emploi et son lieu de formation] qui plantent en permanence… Mais on est obligé de travailler avec ces outils, même si Google Maps est plus rapide.

Trente minutes après, il est temps que j'aille enfin (re-)consulter mon planning pour vérifier que, depuis hier 17 h 30, il n'a pas changé… et il a changé : je suis finalement en entretien individuel diagnostic (EID) [l’entretien d’inscription des nouveaux chômeurs]. Nos responsables changent souvent l'organisation de notre planning sans nous le demander. J'ai trois rendez-vous de cinquante minutes programmés dans la matinée, alors qu'ils nécessiteraient 1 heure de temps, voire 1 h 10.

[Le planning des conseillers Pôle emploi est organisé en demi-journées, chacune consacrée à une activité. Au sein d’une agence, les conseillers sont normalement censés tourner sur tous les postes. Dans une semaine type, Bertrand passe une demi-journée à traiter des dossiers d’indemnisation des chômeurs en “back-office”, deux à l’accueil de l’agence et le reste à inscrire les nouveaux chômeurs ou à recevoir certains des 380 chômeurs de son “portefeuille”.]

Mes trois rendez-vous s'enquillent. 9 h 10, 10 h 20, 11 h 10 : je ne sais pas, je ne sais plus, je suis déconnecté de l'espace-temps… Je me répète machinalement.

11 h 30 : le “manac” [le responsable de l’équipe d’accueil] m'informe qu'à cause du surbooking en EID (douze conseillers de prévu pour quatorze rendez-vous toutes les cinquante minutes) je dois recevoir un quatrième rendez-vous qui attend depuis 10 h 30. Je le reçois, je l'inscris, tout va bien cette fois-ci, il s'en va… Pour maintenir notre taux de remplissage, les responsables surchargent les rendez-vous, en espérant que tous les chômeurs ne viennent pas. Parfois, ils nous appellent en renfort quand nous sommes en back-office.

12 h 45 : je pars en pause déjeuner pour normalement quarante-cinq minutes. Cet après-midi, je dois reprendre en gestion de portefeuille (GPF) [activité de réception et de suivi des chômeurs du portefeuille] à 13 h 30. Dans quel bureau ? [les conseillers Pôle emploi n’ont pas de bureau attitré.] On verra bien tout à l'heure, j'ai faim, j'ai soif.

13 h 15 : alors que je débauche, une collègue me sollicite pour une aide à la mobilité que j'ai commencée la semaine dernière. Elle en profite pour m'interroger sur le CUI-CAE [contrat aidé] de M. Azer. J'en profite pour lui demander des informations sur les orientations des travailleurs handicapés. Rien n'est clair, rien n'est officiel, tout n'est que “bruit de couloirs”, mais je prends même sur mon temps de pause…

13 h 25 : me revoilà à la cuisine, j'y ai perdu quelques collègues qui ont couru vers leur poste de travail. Je finis de déjeuner à grande vitesse (DGV).

13 h 30 : je m'aperçois via GOA [le logiciel qui permet aux conseillers de l’accueil de signaler l’arrivée des chômeurs convoqués] que mon premier RDV est arrivé. Il a été positionné par la plate-forme téléphonique pour une durée de… cinq minutes. Il faudrait au moins quinze minutes pour recevoir les chômeurs. Dans le doute, je consulte ce planning de RDV et je me rends compte que je vais être sur les dents tout l'après-midi ! Malgré mon alerte auprès des équipes locales de direction (ELD), personne n'est en mesure de pouvoir m'aider… Je me débrouille comme je peux. Après tout, je suis autonome (comprendre débrouillard et magicien) !

14 h 00, 15 heures, 15 h 05, 15 h 25, 15 h 30… Je ne sais toujours pas, je ne sais toujours plus… Je continue malgré tout, mon retard s'accumule : je veille à ne pas dépasser quinze minutes de retard.

Je reçois ou j'appelle par téléphone entre sept et huit chômeurs par demi-journée. Je réponds aussi aux mails. Etant donné le temps dont je dispose, je ne peux pour l'instant que réaliser les convocations obligatoires [au quatrième et neuvième mois de chômage] et parler à ceux qui me sollicitent. Les autres, je n'ai pas encore eu le temps de m'y plonger.

Dans notre agence, il y a toujours entre trente et quarante demandeurs d'emploi qui attendent à l'accueil. Et puis, il y a tous les chômeurs qui sont convoqués mais qui ne viennent pas, alors qu'on leur a envoyé une convocation et qu'on leur a rappelé la veille par SMS leur rendez-vous.

Je dirai que la moitié des gens ne viennent pas. On est censé les rappeler avant de leur envoyer un avertissement avant radiation. Mais je ne le fais pas : on les a déjà prévenus par plusieurs moyens. Ils trouvent souvent une façon de se faire réinscrire en faisant un recours auprès du directeur d'agence ou du médiateur.

D'autres collègues me sollicitent parce que je suis correspondant local informatique (CLI) pour des demandes d'interventions. Le changement de toner, le papier coincé, les câbles débranchés, les néons qui clignotent que je me vois obligé de débrancher. Je m'impose électricien, plombier, femme de ménage…

16 h 14 : mon dernier rendez-vous. J'avais espéré qu'il ne viendrait pas. Je le reçois pour les trente minutes réglementaires. Allocation de retour à l'emploi (ARE), allocation de solidarité spécifique (ASS), aide fin de droit, activité reprise, activité perdue, conditions d'ouverture de droits (COD), formations prévues au programme régional de formation (PRF), rémunération de fin de formation (RFF ou R2F pour les habitués) [autant d’acronymes administratifs avec lesquels jonglent quotidiennement les conseillers] : j'essaie de répondre à toutes les questions, car j'ai la chance d'avoir été formé à la double compétence [indemnisation et placement des chômeurs] et que c'est mon dernier rendez-vous de la journée !

17 heures : j'ai terminé ma journée marathon, sur les rotules. Je débadge et récupère mes affaires mais… il y a toujours un “mais”, on me coince dans le couloir pour encore m'interroger sur l'informatique, sur les aides à la reprise d'emploi, sur les CAE, sur la convention d'assurance chômage, etc.

17 h 20 : vingt minutes après avoir débadgé, je quitte enfin les locaux en ayant commencé à planifier ma journée de demain… Pas d'inquiétude, je serai encore en EID le matin, puis d'accueil relation client (ARC, l'accueil de l'agence) l'après-midi. J'aurai très certainement le temps de réaliser mes activités en toute quiétude et de répondre à toutes les sollicitations de mes demandeurs d'emploi… Demain s'annonce un jour comme les autres.

Ce métier me plaît, il me permet de mettre en application mes compétences en RH. Mais la charge de travail s'est considérablement alourdie avec la crise. En 2009, lors de la fusion [ANPE-Assedic], je faisais une demi-journée d'inscriptions par semaine, maintenant c'est quatre ou cinq. A l'époque, je pouvais aller dans les entreprises rencontrer les recruteurs. Maintenant, je n'ai plus le temps.

Depuis septembre, on a eu des renforts en CDD. Mais ils sont à l'accueil, alors que c'est le dernier endroit où il faudrait les mettre. Sans formation ou presque, ils doivent régler rapidement les problèmes des demandeurs d'emploi. Cela génère beaucoup de tensions et de violences.

La direction nous dit à peine bonjour, elle nous parle taux de remplissage, taux d'inscription dans les dix jours, taux de mise en relation. Je suis censé envoyer une offre à au moins 60 % des chômeurs de mon portefeuille tous les deux mois. Mais où est l'intérêt d'envoyer des annonces à des chômeurs qui peuvent déjà les consulter sur le site de Pôle emploi ?

On a vraiment des statistiques sur tout et n'importe quoi : la direction nous parle même maintenant d'un taux d'extinction de nos ordinateurs le soir en partant ! »
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 21/11/2013, 20:01


nous sommes devenus des numéros, des usines à chiffres, des robots Sad Sad 

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  cheese cake le 21/11/2013, 20:58

ah bon ???????????????? je suis épuisée ! pale 
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  andré123 le 22/11/2013, 14:14

Bonjour,

Je ne me retrouve pas vraiment dans cet article, je pense que cela provient du fait qu'il s'agit d'une très grosse en agence en ZUS.

andré123
les présents

Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 25/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  cheese cake le 22/11/2013, 18:56

Tous sur LCP !!!!


Dans la galère quotidienne d’un agent Pôle emplo
i
22 novembre 2013, par Jean-Baptiste Chastand
Le documentaire qui déplait à la direction de Pôle emploi

Le documentaire de Nora Philippe sur Pôle emploi, diffusé dimanche 24 novembre à 20h30 sur LCP, fait mal. Pendant dix-huit mois, la réalisatrice a observé, puis posé sa caméra dans l'agence d'une commune tranquille de Seine-Saint-Denis, Livry-Gargan. Après une telle plongée, on aurait pu s'attendre à ce que le film – intitulé "Pôle emploi, ne quittez pas" – renvoie une image moins mauvaise que d'habitude de l'institution, déjà largement critiquée. Mais les images ne sont pas tendres. Elles montrent l'incroyable violence dont fait preuve Pôle emploi envers ses conseillers.

Il fait tellement mal, que la direction de Pôle emploi a décidé d'empêcher la réalisatrice de le montrer aux conseillers de l'agence. Alors qu'on lui avait promis qu'une projection serait organisée en sa présence, Pôle emploi a décidé à la dernière minute de ne pas le faire. "Après le visionnage organisé fin octobre à la direction générale, on nous avait pourtant promis de faire une diffusion collective suivie d'un débat", assure Nora Philippe. Mais la réalisatrice a appris par les conseillers de l'agence, qu'une projection était organisée, sans elle, vendredi 22 novembre.

RATÉS DU SYSTÈME

"Nous avons dit avec ma production que c'était inacceptable, mais la direction régionale n'a rien voulu entendre. Nous avons refusé toute projection en notre absence", explique Mme Philippe, qui s'est tout de même rendue à l'agence vendredi. "Les portes étaient fermées et les équipes de direction ont refusé de nous ouvrir", assure-t-elle. Le film n'a finalement pas été diffusé, mais Mme Philippe se désole que la direction "refuse de voir la réalité", après avoir accepté que l'agence ouvre ses portes pendant plusieurs mois.

"Nous comprenons que Nora Philippe soit perturbée, mais la direction régionale et la directrice de l'agence se sont senties trahies par la réalisatrice après avoir vu son film", a expliqué au Monde une porte-parole de l'organisme. "Ils ont préféré dire aux agents de le. regarder dimanche soir, car ils ont craint la réaction qu'ils pouvaient avoir vis-à-vis de Mme Philippe si elle était présente. C'est très difficile pour les agents d'avoir le recul nécessaire et d'analyser ça comme un documentaire distancié alors que c'est leur quotidien."

Qu'est ce qui explique ce soudain retournement ? Le film n'est pas tendre, mais il est indubitablement très proche du quotidien des conseillers. Il montre les ratés du système Pôle emploi, incarnés par quelques séquences fortes. Tous les matins, une dizaine de demandeurs d'emploi s'engouffrent dans la salle d'accueil, à peine les portes ouvertes. Ils sont le symbole d'une masse qu'il faudra accueillir, conseiller et surveiller tant bien que mal.

Face à eux, quarante conseillers, qui collent des panneaux « En panne » sur toujours plus d'ordinateurs, rigolent - jaune - des acronymes absurdes de l'organisme, se résolvent à recevoir les chômeurs collectivement alors qu'ils s'étaient promis de s'en tenir à des entretiens individuels. « Soit on ne reçoit pas les demandeurs d'emploi, soit on les reçoit en groupe. C'est quoi la meilleure solution à votre avis ? », leur lâche la directrice d'agence, elle-même noyée sous les consignes incompréhensibles de sa propre hiérarchie. Jusque tard le soir, elle s'arrache les cheveux pour les appliquer correctement.

nora2
Jusque tard le soir, la directrice de l'agence s'arrache les cheveux pour appliquer les consignes correctement
VOCATION SOCIALE

« Les tâches bureaucratiques à Pôle emploi sont considérables, elles bouffent les agents », raconte la réalisatrice Nora Philippe, qui tient à souligner l'universalité de son documentaire. « J'ai filmé une agence, mais Pôle emploi est extrêmement hiérarchisé, ce qui se passe au niveau micro reflète complètement le système. » A cause de cette bureaucratie et de l'explosion du nombre de chômeurs, « les agents sont en craquage, ils en perdent leur humanité, comme pourraient le faire des infirmiers dans un centre de soins palliatifs », explique la réalisatrice. Au téléphone, une chômeuse, qui veut simplement savoir quand et combien elle sera indemnisée, se fait éconduire violemment. Les conseillers semblent pourtant tous avoir voulu au départ faire ce métier par vocation sociale, telle cette agente d'accueil de banque, filmée lors d'un émouvant entretien d'embauche.

Mais à l'arrivée, ils passent de fait très peu de temps à véritablement conseiller les chômeurs, une mission pourtant censée être au coeur de leur activité. « On leur demande de la performance, de produire des chiffres et d'appliquer des consignes contradictoires », dénonce la réalisatrice. Il faut du courage aux conseillers de Livry-Gargan, dépourvus de toute autonomie, pour garder la foi. Peu de chômeurs apparaissent toutefois à l'écran, ils auraient pourtant largement de quoi se révolter. Et les soudaines réserves de la direction de Pôle emploi ne font que le confirmer.
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 23/11/2013, 04:51

le sujet existait déjà...... merci de faire gaffe Embarassed

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Josépha le 23/11/2013, 09:56

andré123 a écrit:Bonjour,
Je ne me retrouve pas vraiment dans cet article, je pense que cela provient du fait qu'il s'agit d'une très grosse en agence en ZUS.
Eh bien, je suis dans une petite agence, même pas en ZUS, mais je m'y reconnais plutôt. Pas à tout point de vue, notamment parce notre ELD est totalement humaine et travaille intelligemment pour empêcher notre quotidien de se dégrader plus qu'il ne l'est déjà depuis quelques temps, il respecte les agents et nous écoute, prend position en notre faveur quand c'est nécessaire (par exemple, et entre autres, l'ELD nous a soutenus lorsqu'on s'est "battus" pour rester fermés 1heure le midi afin de nous garantir une vraie pause et comme nous mangeons tous sur place, une vraie cohérence dans l'équipe, ce qui est un confort que beaucoup nous envient dans notre bassin), mais pour ce qui est la cadence de travail, des tâches qui nous sont rajoutées à n'en plus finir, le travail d'entre deux, les directives contraires et contradictoires, l'impression parfois d'appliquer sans réfléchir et sans âme, c'est tout à fait ça...
avatar
Josépha
les actifs

Nombre de messages : 371
Age : 42
Date d'inscription : 12/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

pôle emploi sur Lcp ce soir

Message  cheese cake le 24/11/2013, 21:20

en direct live, je m"y retrouve totalement ! merci aux collègues qui ont osé ! on n'en peut plus de cette énorme usine à gaz qui perd tout sens commun ! ça saute aux yeux que le système se mord la queue ! Evil or Very Mad
aarrgg ! débat ... sans personne de notre kholkose ! comment est-ce possible ??? le service comm' du Cinetic a pris une RTT ? Twisted Evil


Dernière édition par cheese cake le 24/11/2013, 21:40, édité 1 fois
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Lara13 le 24/11/2013, 21:40

Oui bravo aux collègues! Ce reportage transpire la réalité! "Mission impossible" ça résume tout et surtout notre boulot!
avatar
Lara13
les présents

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  cheese cake le 24/11/2013, 21:43

Chère lara, on a du vouloir poster au même moment ... du coup nos posts se sont téléscopés ! Laughing 
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Lara13 le 24/11/2013, 21:51

Oui ya comme un bug! Hihi!
avatar
Lara13
les présents

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  cheese cake le 24/11/2013, 21:59

ben qg j'ai posté cela apparaissait sous ton pseudo !! maintenant blabla en débat et gros blabla sans aucun interet ! quelle déception !
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Lara13 le 24/11/2013, 22:14

Oui heureusement qu'il y avait le reportage. Depuis j'ai zappé... Dans ce genre d'émission, ils devraient inviter des conseillers plutôt que les hautes sphères!
avatar
Lara13
les présents

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  IDEFIX le 25/11/2013, 06:23

J'ai apprécié cet échange après le débat sur "O2 qui cherchait 100 femmes de ménage qui préféraient toucher leurs allocation" (en résumé) entre un représentant patronal et un élu qui demandait : "combien d'heures" ?

Bien aussi pour l'économiste.

Si on avait invité pôle emploi, il aurait fallu faire de même avec une association de chômeurs...

avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 903
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 25/11/2013, 10:42


Merci de ne pas réouvrir de sujet déjà existant (2è fusion de sujet en 4 jours Shocked )

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Lara13 le 25/11/2013, 10:48

Désolée je n'avais pas vu... Sad
avatar
Lara13
les présents

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 25/11/2013, 10:56

J'ai bien apprécié le reportage et m'y suis reconnue sauf que les conversations entre collègues dans mon agence sont virtuelles puisqu'on navigue en permanence sur 2 sites depuis des années alors qu'à Livry Gargan elles sont bien réelles.

J'ai aussi perçue la DAPE comme une personne qui s'intéresse et s'inquiète du "placement" ce qui n'est pas non plus le cas dans mon agence, il n'y en a que pour "l'indemnisation" (sauf en ce moment avec leur soit disant journées de l'emploi). Celui qui était présent dans son bureau m'a beaucoup fait sourire lorsqu'il s'arrachait les cheveux dans le local archives, l'archivage à la mode assédic est une énorme aberration pour le placement au point que je n'archive jamais rien (je garde tout sur mon PC), d'ailleurs la seule fois où j'ai eu besoin de retrouver un contrat de travail archivé par le PAG je n'ai jamais retrouvé la bonne pochette.

Les allusions à PE 2015, aux modalités de suivi ingérables pour les conseillers, le refus de faire du collectif qui n'apporte rien, les "chiffres" pour satisfaire les DT/DR ou les acronymes inventés "la haut" font bondir la DG et pourtant c'est la réalité. Le "plus pour ceux qui en ont plus besoin" a autant de valeur que le slogan inventé par le gouvernement précédent lors de la fusion 'plus vite, plus simple......"


Dernière édition par efe le 25/11/2013, 14:11, édité 2 fois

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  efe le 25/11/2013, 10:57

Lara13 a écrit: Dans  ce genre d'émission, ils devraient inviter des conseillers plutôt que les hautes sphères!
Impossible car contrairement à "eux" nous ne pratiquons pas la langue de bois.

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10220
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Lara13 le 25/11/2013, 11:33

Eh oui c'est bien pour ça qu'on devrait nous laisser la parole...! On aurait tant de choses à dire Smile
avatar
Lara13
les présents

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Reportage sur une agence PE (LCP 24/11)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum