Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 28/2/2014, 06:11

cheese cake a écrit:Un suédois qui a rdv au pôle emploi ?
http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/27/1828439-stockolm-agence-pole-emploi-convoque-61-000-chomeurs-erreur-provoque.html

Sapin en visite surprise au popol de Lisieux ?
http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=pole%20emploi&source=newssearch&cd=10&cad=rja&ved=0CDsQqQIoADAJ&url=http%3A%2F%2Fwww.lamanchelibre.fr%2Fcaen%2Factualite-49857-le-ministre-michel-sapin-ne-viendra-pas-da.html&ei=C4gPU-6WFeme0QXj0IF4&usg=AFQjCNGFInjFNKvCOE6HFaPlHF5Zq_vsvw&sig2=krc0CuN4TupHCr6vcRPe8A
Coluche : il lui reste Lisieux pour pleurer !


_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 3/3/2014, 22:22

je suis vénère .... pourquoi n'est-il pas en CAE ou emploi d'avenir comme mes "footeux" ? mince ! fait arrêter de se foutre du monde, non ? donc agacée !
http://www.leparisien.fr/insolite/pole-emploi-un-champion-de-canoe-radie-car-trop-souvent-en-competition-01-03-2014-3634161.php
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 3/3/2014, 22:24

et dans la série 1ers de la classe !!! une pépite !
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/chomage-pole-emploi-positive-encore-dinan-03-03-2014-135152
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 4/3/2014, 06:23

cheese cake a écrit:je suis vénère .... pourquoi n'est-il pas en CAE ou emploi d'avenir comme mes "footeux" ? mince ! fait arrêter de se foutre du monde, non ? donc agacée !
http://www.leparisien.fr/insolite/pole-emploi-un-champion-de-canoe-radie-car-trop-souvent-en-competition-01-03-2014-3634161.php

A un moment fallait tout de même qu'il réalise son EID mais a -t-il seulement, à un moment, poussé la porte d'un PE pour signaler la particularité de sa situation  Shocked 

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 4/3/2014, 06:25

cheese cake a écrit:et dans la série 1ers de la classe !!! une pépite !
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/chomage-pole-emploi-positive-encore-dinan-03-03-2014-135152

Je le mets en clair, cette femme parle encore mieux que les Politiques

10,8 %. C'est le taux de chômage (au 3e trimestre 2013) de la zone d'emploi de Dinan, qui compte 75 communes. Un taux qui la place à l'avant-dernier rang de la Bretagne, derrière Guingamp (10,9 %). Un taux supérieur à celui du département (9,7 %) et de la région (9,4 %). Pour les mélancoliques, sachez que, début 2008, Dinan comptait moins de 7 % de chômeurs.
Malgré cela, « la dégradation de la tendance se réduit toujours sur ce mois de janvier, juge Isabelle Gendron, directrice de l'agence Pôle emploi, pour les catégories ABC avec de +2,6 % sur un an (3,2 % en décembre, 3,6 % en novembre, 4,5 % en octobre, 7 % en septembre, 8 % en août) et de +4,2 % pour la catégorie A (contre 3,7 % en décembre, 4,1 % en novembre, 3 % en octobre, 7 % en septembre, 9 % en août). Ces tendances sont toujours bien inférieures à celles du département et de la région. »

Côté demandeurs d'emplois, ils étaient 7 973 inscrits à la fin du mois de janvier, dont 4 913 en catégorie A (sans activité). C'est un peu plus qu'en décembre dernier, quand Pôle emploi comptait 7 878 demandeurs, dont 4 724 en catégorie A. Ces demandeurs sont toujours en majorité des femmes (53 %). Après deux mois de baisse (- 6 %), le chômage chez les jeunes a connu une évolution nulle en janvier.

« On constate que la dégradation de la situation économique poursuit son ralentissement relatif, tient comme discours la responsable, similaire au mois dernier, surtout à la faveur d'une augmentation des sorties (+ 13 % sur un an) et en partie grâce au tassement des inscriptions (+ 2,9 % sur un an). Les données intérim (+ 23 % sur un an) poursuivent également la tendance vers une nette amélioration. »

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Actuchomage "Quand l'accompagnement ne rime à rien"

Message  manu le 12/3/2014, 18:04

Demandeurs d’emploi : Quand l’accompagnement ne rime à rien
VENDREDI, 21 FÉVRIER 2014


Ci-dessous, le petit récit d’un accompagnement qui ne rime (et ne sert) à rien. Une situation très ordinaire pour nombre d’en nous. Quand les emplois manquent, les rustines sont sans effet !

Je suis allée à un entretien APEC (Agence Pour l'Emploi des Cadres) suite à ma demande qui remonte à plus d'un mois et demi. Pourtant, je m'étais bien dit que ça ne servait à rien car j'avais déjà été échaudée par Randstad, il y a deux ans.

Quand je me suis inscrite chez Pôle Emploi, la conseillère m'avait orienté vers Ranstad pour un suivi car, selon elle, l'APEC n'était pas efficace… Tu m'étonnes ! Sauf que Ranstad, c'est pas mieux.

Au bout de trois entretiens, j'ai dit à la consultante qu'il valait mieux arrêter car apprendre à faire un CV à 50 balais avec un Bac+3 et plus de 20 ans d'expériences dans les recrutements, lettres de motivations et CV en tout genre, il fallait pas se foutre de moi.

J'ai même envoyé un courrier au directeur de Pôle emploi pour lui dire que j'arrêtais la mascarade… Le pire dans l'histoire est qu'il était d'accord avec moi, tout comme ma conseillère PE. Une honte quand on connaît le montant de ces prestations inutiles.

Avant-hier, on prend les mêmes et on recommence !

J'arrive à l'APEC où je suis reçue par une consultante très sympa au demeurant. Elle me fait asseoir, me demande la raison pour laquelle je viens (bah, j'ai vu de la lumière…).

Je lui dis que dans trois mois je n'ai plus d'indemnités chômage et que je commence à paniquer car je ne trouve pas de boulot malgré des dizaines de candidatures. Au vu de mon CV qui fait deux pages, elle a une idée «lumineuse» : « Et si vous validiez votre expérience. J'ai reçu une nouvelle procédure qui se nomme VES (sorte de validation des acquis). Attendez, je cherche le document correspondant ».

Et la voilà en train de fouiller son bureau : « Vous comprenez, je me suis fait une entorse, j'ai été arrêtée quinze jours donc je ne sais plus où j'ai rangé mes papiers ».

Au bout de dix minutes de vaines recherches, je l'arrête et lui dis que de toute façon ça ne m'intéresse pas. Valider des acquis dans quel but ? Avoir un diplôme Bac+3 ou +4 validé ? Pour me retrouver à Pôle emploi ?

Dans trois mois, je suis à l’ASS, donc à l'instant T, ce qui m'intéresse, c'est un boulot. « Ah, alors montrez-moi votre CV ». Et c'est reparti !

Là, vous devriez mettre le titre plus gros. Là indiquer seulement deux loisirs. Là changer de photo… Bref, j'écoute tranquillement et je m'étonne de rester aussi calme.

Le clou, c'est lorsqu'elle me demande si j'ai consulté les offres sur le site de l'APEC. Bah oui, comme tous les jours : « Attendez, on va regarder ».

Elle commence à taper l'emploi recherché : «déléguée hospitalier». Je lui dis que si elle tape ce titre, c'est trop restrictif et que moi d'habitude, je tape «commercial médical» ou «commercial santé».

Elle ne m'écoute pas et continue : Une seule annonce apparaît… à laquelle j'ai déjà répondu.

Je me dis qu'heureusement que je ne compte pas sur eux pour trouver du boulot car je pense que je serai encore chômeuse à 70 ans. Pour finir, elle me propose de la revoir dans un mois… Bah, voyons !

Lorsque je raconte à des amis salariés l'accompagnement des chômeurs, ils hallucinent. Surtout je leur fais peur car tous espèrent ne jamais connaître ça.

J'ai lu sur ce site (Actuchomage) le même genre de témoignages où il était écrit que les chômeurs diplômés, avec beaucoup d'expérience ou seniors, étaient laissés complètement à l'abandon.

En gros, nous sommes en mesure de nous débrouiller et de trouver du boulot par nous-mêmes. De toute façon, dans le pire des cas, ils savent qu'au bout de deux ans, on acceptera n'importe quoi : J'ai vu dans une émission un Bac+ 4 en informatique reconverti en cariste. (…)

Ce qui me révolte le plus, ce sont tous ces organismes qui ne servent à rien, ces consultants complètement démotivés. Ceux qui gardent un certain professionnalisme n'ont rien à proposer d'autre que des cache-misère, genre bilan de compétences, VAE, ateliers de recherche d'emploi, suivi personnalisé... J’en passe.

Après deux ans de chômage, j'ai appris une seule chose : Démerde-toi toute seule, le ciel t'aidera !

Un message déposé par Phryne sur les forums d’Actuchomage auquel nous avons répondu :

« Le problème est moins la médiocrité de l'accompagnement (bien réelle et affligeante ) que la pénurie d'emplois.

Un pote qui bosse dans le recrutement m'affirmait dernièrement que pour une annonce passée, il reçoit 50 CV correspondant pile-poil au job, 100 CV approchant, 150 CV qui peuvent faire l'affaire.

Et quand il rencontre des candidats, sur les 10 à 20 qu'il a présélectionnés (à partir des 50 meilleurs CV), 80% peuvent occuper le poste sans problème.

Autant dire que faire et refaire son CV, chiader une lettre de motivation, assurer comme une bête au premier entretien, mettre toutes les chances de son côté pour décrocher un boulot… ne garantit en rien une embauche.

Même si vous êtes le candidat IDÉAL, la probabilité de remporter la mise est faible tant les postulants qualifiés sont nombreux. Et quand vous avez plus de 50 balais… je ne vous dis même pas !

Donc, en attendant, les "structures d'accompagnement" occupent les gens tout en sachant pertinemment que le problème reste la pénurie d'emplois ».


avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

accord sur la convention chômage

Message  manu le 22/3/2014, 08:52

http://www.leparisien.fr/economie/indemnisation-chomage-accord-au-finish-entre-patronat-et-syndicats-22-03-2014-3695187.php
avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 28/3/2014, 05:21



Le Huffington Post 26 mars 2014
Quand Michel Sapin doute des chiffres de Pôle emploi

CHÔMAGE - Malgré l'aveu d'échec sur l'inversion de la courbe avant la fin 2013, le gouvernement est toujours contraint de se justifier sur le chômage. Et quand les données sont particulièrement mauvaises, l'exercice est d'autant plus périlleux. Selon les chiffres de Pôle emploi en février, les demandeurs d'emploi supplémentaires étaient 8900. Une énorme hausse, en comparaison de la décélération observée ces derniers mois.
Du coup, Michel Sapin adapte son argumentaire. Dans son communiqué envoyé le 26 mars, le ministre du Travail préfère s'en prendre aux méthodes de calcul de ses troupes. Il note ainsi que "ces chiffres contrastent avec les derniers indicateurs disponibles sur le front de l’emploi". Ne cherchez plus, il préfère parler du taux de chômage fourni par l'Insee.
En plus de Pôle emploi, l'institut de statistiques dresse son propre bilan de l'emploi. Le seul qui est reconnu à l'international, mais aussi souvent le plus flatteur. De quoi pousser le ministre à renier ses propres équipes. Car Pôle emploi est directement placé sous son autorité.
Divergence grandissante entre Pôle emploi et Insee

Il note "une divergence grandissante entre l’évolution du nombre des inscrits à Pôle emploi et celle du nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (retenu par l'Insee)". Ici, Michel Sapin n'oublie pas non plus de noter que les données de l'Insee sont une "référence internationale". Au contraire de Pôle emploi.
Ses équipes pourraient donc voir leurs méthodes de travail revues. Une façon, pour le gouvernement, d'attendre avec moins d'anxiété chaque fin de mois. "Cette divergence, observée en 2013, devra être analysée au 1er trimestre 2014" explique Michel Sapin. Il faudra "comprendre les raisons d’une dynamique plus forte des inscriptions à Pôle emploi, en particulier pour les plus âgés, alors que les autres indicateurs du marché du travail s’améliorent".
L'Insee a communiqué des résultats positifs sur le 4ème trimestre 2013. Une baisse surprise de 0,1%, alors que Pole emploi alignait les mauvaises nouvelles. Sur l'ensemble de l'année passée, l'Insee a estimé que le nombre de chômeurs est resté quasi-stable en 2013 à 2,8 millions, alors que de son côté, Pôle emploi a compté près de 175.000 demandeurs d'emplois de plus en catégorie A (aucune activité au cours du mois). Pire: Pôle emploi comptabilisait 3,3 millions de chômeurs, soit 500.000 de plus que l'Insee.

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

promotion ?

Message  cheese cake le 22/4/2014, 19:19

Ça c'est une belle promo , non ?  What a Face 
http://www.ouest-france.fr/pole-emploi-la-directrice-regionale-nommee-dans-le-nord-pas-de-calais-2291241
Mince elle rate ce record d'usine soviétique !!! Dommage !  lol! 
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/rennes-pole-emploi-ouvre-plus-grande-agence-bretonne-22-04-2014-142467
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 10/5/2014, 11:01



Sapin défend son action au ministère du Travail, malgré le chômage
Publié le 10.05.2014, 09h47 (LE PARISIEN)


Désormais aux Finances, Michel Sapin défend ses deux ans au ministère du Travail, vantant le "dialogue social à la française" malgré la hausse quasi continue du chômage, dans "L'Ecume et l'océan" (Flammarion) à paraître mercredi.

Le ministre revient longuement sur l'engagement d'inverser la courbe du chômage fin 2013, non tenu selon les chiffres de Pôle emploi, tenu selon ceux de l'Insee.
C'était "un cap (...) certainement pas une promesse", assure-t-il.

Si le nombre de demandeurs d'emploi sans activité inscrits à Pôle emploi a continué d'augmenter, atteignant le record de 3,349 millions fin mars, le taux de chômage mesuré par l'Insee selon les normes du Bureau international du Travail (BIT) montre une légère décrue de 0,1 point au dernier trimestre 2013 (9,8% en métropole).

Pour Michel Sapin, l'objectif est "atteint dans la réalité du marché du travail", même s'il est "manqué (...) dans la chronologie mensuelle des chiffres du chômage".

Ces chiffres de Pôle emploi, qui lui étaient communiqués "24 heures avant (leur) publication", sont un "indicateur précaire" qui "ne saurait être le seul arbitre d'une politique de l'emploi", estime-t-il, déplorant une presse "brutale" qui "guette les sinistres records".
Au fil des pages, M. Sapin vante sa loi de "sécurisation de l'emploi", "vraie réforme d'ampleur" issue du "dialogue social à la française". Le 11 janvier 2013, jour où l'accord est conclu entre partenaires sociaux, est une "nouvelle grande date de notre histoire sociale".

Le texte porte, écrit-il, "des conquêtes qui fleurent bon les années 1970, comme les complémentaires santé, et des droits plutôt futuristes, comme le compte personnel de formation, universel et portable".

Mais cet accord est touché par une "malédiction médiatique", tour à tour "éclipsé" par l'offensive française au Mali, la renonciation du pape Benoît XVI et les aveux de Jérôme Cahuzac, regrette le ministre.
Michel Sapin défend aussi les emplois d'avenir: "Que tous les sceptiques se fassent discrets car tous les jeunes que j'ai rencontrés ne sont pas prêts à accepter qu'on leur dise que l'emploi aidé est un faux emploi".
Concernant la réforme de la formation professionnelle, "puisqu'elle était impossible, nous l'avons faite", se félicite M. Sapin.
Michel Sapin quitte la rue de Grenelle avec "le sentiment d'avoir fait beaucoup en 20 mois sans en voir encore tous les résultats".

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les échos

Message  manu le 10/5/2014, 12:01

09 mai 2014
Les échos - Jean Marc Vittori

aua

Ce que ferait un vrai obsédé de l'emploi


François Hollande l'a confié hier aux Français : la baisse du chômage est son combat, son obsession, la seule promesse qui compte à ses yeux. Dommage que ce ne soit pas sa stratégie. Car dans un pays qui gâche son capital humain à grande échelle, il est possible de concevoir une stratégie contre le chômage, de la mettre en œuvre, de la faire réussir. Les marges de manœuvre sont en réalité immenses. Si la France avait la même proportion de sa population employée dans le secteur privé que l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, elle compterait... 5 millions d'emplois supplémentaires. Elle cesserait de ralentir l'entrée de ses juniors sur le marché du travail et d'en accélérer la sortie des seniors. Elle serait plus heureuse.

En ces temps de patriotisme économique exacerbé, il peut paraître ironique de voir qu'une telle stratégie est esquissée non à l'Elysée, dans les cénacles du PS ou chez les futurs candidats à la candidature UMP, mais par un cabinet américain au nom écossais. Ce n'est pourtant guère surprenant, car McKinsey fait métier de conseil stratégique et s'intéresse, lui, depuis longtemps aux questions d'intérêt général. L'exercice auquel ses consultants viennent de se livrer est très éclairant, car il montre ce que serait en France une stratégie d'emploi. Elle pourrait permettre de créer 1 million d'emplois à l'horizon 2018, voire 1,4 million en 2022. Elle doit surtout associer plusieurs axes de réforme.

Les 3 C, pour faire bref. C comme coûts, d'abord. C'est le cœur du débat actuel, mais les actions décidées récemment dans le pacte des responsabilités sont éparpillées, alors que le problème majeur se situe ici aux alentours du SMIC, comme l'ont montré plusieurs travaux d'économistes. C comme compétences, ensuite. La France risque de manquer de 2 millions de diplômés en 2020 et, en même temps, de regorger de compétences et de non-compétences inutiles. Les mots clefs, ici, sont l'orientation, la concertation entre l'école et l'entreprise, le placement des jeunes. C comme circulation, enfin, car les Français sont trop peu mobiles - d'un poste, d'une entreprise, d'une région à l'autre. Il est question ici d'efficacité de Pôle emploi, de mécanismes de « flexisécurité », de conditions d'emploi des seniors. Depuis les années 1990, la Suède, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont prouvé qu'il était possible d'agir efficacement sur l'emploi en actionnant simultanément ces trois leviers. Cette action suppose bien sûr d'intervenir au niveau local. Elle suppose aussi de s'inscrire dans une vision d'ensemble, dans une stratégie globale. Encore faut-il le vouloir. Encore faut-il y travailler. Encore faut-il être vraiment obsédé par la lutte contre le chômage, pas seulement le temps d'un entretien radiophonique.


Si je comprends bien ce monsieur, pour résoudre le chômage il faut une main d'oeuvre plus compétente, moins payée, acceptant n'importe quel poste, dans n'importe quelle entreprise, n'importe où.   Evil or Very Mad Evil or Very Mad
avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  chris le 15/5/2014, 22:10

c'est peut être pas là qu'il faut le mettre mais pour les nostalgiques.....

http://www.leboncoin.fr/commerces_marches/548403404.htm

 pig 
avatar
chris
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 2667
Date d'inscription : 12/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

mal à l'aise avec çà

Message  cheese cake le 18/6/2014, 19:51

Vous me connaissez ... Je n'arrive pas a garder un sentiment de malaise pour moi ...Bref ..... J'ai du mal à comprendre que des cadres de chez popol en arrivent -la .... Je fais ma p....te mais j'ai un mal fou a avoir de la compassion !  Font-t-ils leur EPA avec leur n+1... Cadre aussi ? Je marne en agence .... Pour quoi ? Pourquoi ? Ils font quoi nos psychos et quelle réelle plus -value ? Je préférais leur rôle au sein de l'afpa car cela avait du sens ! Voilà mon coup de gueule ! Je sais ce n'est pas poli ...il faut les préserver ces petits cadrounets .... Mais bon ... Question What a Face confused confused 
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/17/97002-20140617FILWWW00324-60-de-psychologues-de-pole-emploi-en-greve.php

Vous avez le droit de me tomber dessus .... Avec grand plaisir pour avancer dans mon amertume des luttes de classes !
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  IDEFIX le 18/6/2014, 20:49

Pour travailler en A2S actuellement, je peux t'indiquer que les psychos ont un calendrier bien rempli entre les regards croisés, les CPP, CPF...

Je le constate, puisqu'ils sont dans des bureaux en face de moi !

Ils sont aussi sollicités lors de réunions avec la Région sur les questions financement.

Avouons que nous n'avions pas besoin d'être psychologues du travail pour être conseiller, la qualification de base n'était pas la même : bac+2 pour la sélection externe contre bac+5. De là vient sans doute leur statut "cadre", et le fait que pour leur EPA, leurs performances individuelles chiffrées sont examinées avec leur N+1.

La formation OTLV nous permet de mieux connaitre leurs mission, non ?
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 18/6/2014, 22:26

je n'ai pas encore eu l'OTLV ... mais je trouve que leur plus value est devenue maigrichonne ... voilà ! merci idefix ! surtout aidez-moi à trouver un sens à tout cela ....  scratch scratch car j'ai du mal a les considerer comme "cadres" avec la paye qui suit ... et au vu de mon taf au quotidien ... c'est pas bien je sais !!!! donc ... j'ai besoin de vous là dessus pour ne pas verser dans l'ostracisme !  geek elephant drunken 
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  IDEFIX le 19/6/2014, 18:57

Les missions des psychos sont méconnues... personnellement, je préfère qu'un CPP ou un CPF soit fait par un collègue en interne qualifié plutôt que confié à un prestataire.

Les juger sans connaitre les missions, c'est une pente savonneuse... comme ceux qui disent que les conseillers qui n'indemnisent pas ne servent à rien...
avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 19/6/2014, 19:23

Je sais bien idefix ... D'où mon embarras ... sur leur boulot accole a une paye de cadre ... Tu vois ? C'est totalement subjectif ... Et dangereux j'en conviens... Mais mieux vaut un malaise exprimé tout haut ,  que tout bas par de NB collègues ! Je n'ai pas de réponse mais une grande envie d'y comprendre qqchose ... Neutral Question pale
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  IDEFIX le 19/6/2014, 19:33

Le statut cadre doit être un héritage de l' AFPA, où, une distinction était faite entre les psychologues et les "assistants techniques".

Ils n'ont pas choisi eux non-plus la fusion...
... et doivent bien s'ennuyer aux formations "nouvelle assurance chômage" !  scratch 


avatar
IDEFIX
les superactifs

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 26/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ouest france : sur la grève à POLE EMPLOI

Message  magali le 19/6/2014, 20:13


Pôle emploi. Un agent sur six en grève ce jeudi

16,4% des agents de Pôle emploi se sont mis en grève contre le projet de la direction de modifier les évolutions de carrière.

C'est « un bon chiffre » pour les syndicats, qui estiment que la mobilisation pourrait être plus importante. Un agent de Pôle emploi sur six est en grève ce jeudi pour défendre les déroulements de carrière. Aucune agence n'a été contrainte de fermer ses portes.
Nouvelle classification des emplois

Sept syndicats (CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, SNU, SUD, Unsa) avaient appelé à cesser le travail, critiquant notamment le manque de clarté du projet de nouvelle classification des emplois. Celle-ci conditionne la « possibilité de progression et de mobilité professionnelle » des agents, et donc la grille salariale.

« La Direction reste à l'écoute des organisations syndicales ; c'est dans ce contexte qu'elle a reçu hier (mercredi, n.d.l.r) l'intersyndicale. Les négociations se poursuivent, la prochaine réunion étant programmée le 25 juin », précise le communiqué de Pôle emploi.
avatar
magali
les superactifs

Nombre de messages : 569
Date d'inscription : 11/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 19/6/2014, 21:22

Ce n'est pas réconfortant, vu l'enjeu pour les agents sous CCN ... Cela rejoute a mon malaise .... Diviser pour mieux régner ....Bassere est un "nettoyeur" ... Que l'on reprenne sa biographie ....je reste sur mon malaise de mini luttes catégorielles ... Triste pour TOUS les agents .... pale 
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  efe le 20/6/2014, 07:37

S'ils n'avaient pas été obligés de "rejoindre" PE personne ne se poserait de questions sur leur métier, leur salaire, leur statut, leur condition de travail.
Notre fusion n'était déjà pas préparée (l'autre débile pensait que l'assédic et nous faisions le même boulot) mais la leur, encore moins.

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  cheese cake le 20/6/2014, 08:03

là tu as parfaitement raison et ils en souffrent .... mais quid des nouveaux arrivants psycho qui n'ont plus de "passé afpa" ?
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3184
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  manu le 26/6/2014, 19:39

Suivi des chômeurs, services web, recours au privé : les projets du patron de Pôle emploi
DEREK PERROTTE / JOURNALISTE | LE 26/06 À 18:00, MIS À JOUR À 18:13


Jean Bassères, directeur général Pôle emploi. Jean Bassères, directeur général du Pôle emploi. - AFP1 / 1

INTERVIEW - Alors que le chômage continue de battre des records, Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, présente aux « Echos » un premier bilan du suivi différencié des chômeurs en place depuis un an. « Nous allons dans la bonne direction », estime-t-il, avant de dévoiler ses nombreuses pistes de travail pour, faute de pouvoir recruter, optimiser le travail des conseillers.

Un an après sa généralisation, quel premier bilan tirez-vous du suivi différencié des chômeurs ?
Il nous reste des progrès à faire mais nous allons dans la bonne direction. Le suivi mensuel généralisé dispersait trop nos moyens et était trop uniforme. Désormais, on tient mieux compte des besoins réels des chômeurs. Nous montons en puissance et aujourd’hui 190.0000 personnes, soit 8 % des demandeurs d’emploi accompagnés par Pôle emploi, bénéficient d’un accompagnement « renforcé », avec des conseillers spécialisés suivant 70 personnes maximum.
Les demandeurs d’emploi les plus proches de l’emploi sont quant à eux en « suivi », moins intensif et plus adapté à leurs attentes : ils sont autonomes dans leur recherche, n’ont pas nécessairement besoin d’être formés et attendent surtout de nous, au-delà du versement de leurs allocations, d’avoir des informations sur le marché du travail, les secteurs qui recrutent, les offres d’emploi qui leur correspondent.
Enfin, tous les autres demandeurs d’emploi bénéficient de l’accompagnement intermédiaire, le « guidé », avec de 100 à 150 personnes par conseiller. Les retours des demandeurs d’emploi sont encourageants : pour la première fois depuis cinq ans, leur taux de satisfaction remonte dans nos enquêtes. L’autre grande nouveauté est que nous donnons beaucoup plus de latitude aux conseillers au quotidien, avec moins de rendez-vous ou de formalités obligatoires. Ils apprécient d’être responsabilisés et peuvent ainsi assurer un suivi plus personnalisé.

190.000 personnes en accompagnement renforcé, n’est-ce pas trop peu au vu des besoins ? Pôle emploi compte notamment plus de 2 millions de chômeurs de longue durée...
Nous avons bien conscience qu’un nombre plus important de demandeurs d’emploi devraient pouvoir bénéficier d’un accompagnement intensif. Nous devons augmenter le nombre de personnes concernées. Comme l’a annoncé le ministre du Travail, François Rebsamen, 80.000 chômeurs supplémentaires bénéficieront de cet accompagnement renforcé d’ici à la fin de l’année. Cela doit être une première étape.
Nous mettons également en place, dans trois départements, une quatrième modalité d’accompagnement pour les personnes rencontrant d’importantes difficultés, avec, en parallèle du travail de nos conseillers, un accompagnement social par les équipes du conseil général. Pour certains demandeurs d’emploi, cet accompagnement global est la clef d’une réinsertion dans l’emploi durable. Les premiers retours sont très bons. Des discussions sont en cours avec 40 autres départements.

Pôle emploi va-t-il recruter de nouveaux conseillers à cet effet ?
Tout le monde sait que dans le contexte budgétaire actuel, il n’est pas facile d’être dans un schéma de création de postes. Nous avons obtenu des renforts très significatifs depuis 2 ans avec la création de 4.000 postes de CDI. D’ici à la fin de l’année, nous aurons atteint les objectifs de redéploiement des fonctions supports fixés par l’Etat et l’Unedic et nous aurons réalisé d’importants efforts internes pour consacrer plus de temps au suivi et à l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Il faut que nous les poursuivions.

Quelles sont vos pistes de travail pour les prochains mois ?
Une des priorités des prochains mois est d’améliorer le diagnostic lors du premier entretien avec les demandeurs d’emploi et leur proposer un accompagnement plus personnalisé encore. Pôle emploi doit également prendre le virage numérique. Nous voulons aller plus loin dans l’accompagnement totalement dématérialisé et 100 % Internet qui est testé avec succès dans sept régions. Cela correspond aux besoins et aux attentes d’un public de plus en nombreux.
Nous allons aussi développer de nouveaux services en ligne, comme des outils d’auto-diagnostic ou la possibilité de s’inscrire soi-même directement à un atelier de coaching, une séance de formation... Nous misons aussi sur des partenariats avec des sites de recrutement pour enrichir les offres accessibles via Pôle-emploi.fr. Aujourd’hui, sur 200.000 offres disponibles en ligne, un tiers provient de ces partenariats. C’est une évolution très importante que nous voulons amplifier.
Je souhaite aussi que la prochaine convention tripartite puisse nous permettre de faire un saut qualitatif en terme de services rendus aux entreprises. Nous expérimentons aujourd’hui des équipes dédiées aux services aux entreprises. C’est une piste que je trouve très intéressante qui doit nous permettre de renforcer la confiance des entreprises dans Pôle emploi.

Vous expérimentez également la création d’équipes dédiées au contrôle de la bonne recherche d’emploi par les chômeurs. Est-ce le prélude à une approche plus répressive ? Le système va-t-il être généralisé ?
Cette expérimentation, qui concerne quatre régions, vise à tester la séparation des fonctions de conseil et de contrôle. Son évaluation sera achevée à la rentrée et c’est sur cette base que les suites à donner seront examinées.

Allez-vous continuer à confier des chômeurs à des opérateurs privés de placement ? Les résultats sont jusqu’ici mitigés...
Nous allons continuer mais en changeant profondément les conditions dans lesquelles nous faisons appel à eux. On leur confiait des chômeurs très éloignés de l’emploi, alors que j’estime que leur accompagnement est au cœur de notre mission. On va en conséquence leur confier des personnes plus autonomes dans leur recherche, et ainsi augmenter nos forces dédiées en interne à l’accompagnement renforcé.

De nombreux dispositifs d’aides au retour à l’emploi s’accumulent, en particulier pour les jeunes, et nombre d’employeurs et de chômeurs disent s’y perdre. Faut-il simplifier les politiques de l’emploi ?
Les difficultés à mettre en oeuvre les emplois francs pour les jeunes de banlieues montrent que l’accumulation de dispositifs peut être contre-productif. Installer et promouvoir de nouveaux dispositifs est toujours long. Il est plus facile et plus rapide de s’appuyer sur des dispositifs ayant déjà fait leurs preuves, comme nous allons le faire dans le cadre du plan pour l’emploi des seniors, avec les contrats aidés marchands et le contrat de professionnalisation.

Le gouvernement veut développer les « mises en situation professionnelles » de chômeurs. En quoi cela va-t-il consister concrètement ?
Cela devrait concerner en priorité les jeunes et les chômeurs de longue durée. L’idée est de les faire accueillir par des entreprises pour une ou plusieurs courtes périodes pour qu’ils découvrent un métier, reprennent contact avec le monde du travail, se forment avec un tuteur... L’objectif est là aussi de lancer une dynamique en faisant appel à la responsabilité sociale des entreprises pour accueillir des demandeurs d’emploi. Nous sommes en discussion avec la Fondation agir contre l’exclusion (FACE), présidée par Gérard Mestrallet, à l’origine de cette proposition, pour mobiliser les acteurs. On espère dégager très rapidement 5.000 places au sein de quelque 1.500 entreprises de toute taille.

Les sept syndicats de Pôle emploi ont appelé à une grève jeudi dernier (suivie par 16 % des agents) dans le cadre de la refonte de la classification des métiers à Pôle emploi. Que répondez-vous à leurs craintes ?
Il y a sur le sujet une attente forte, et légitime, du corps social. La classification actuelle est issue des ex-Assedic : elle date de 1995 et ne correspond plus aux métiers de Pôle emploi aujourd’hui. C’est une négociation complexe, qui avait échoué, il faut le rappeler, en 2011, et que nous avons relancée en janvier. Nous avons eu de nombreuses séances de négociations et avons communiqué notre premier projet, mercredi, aux syndicats. Il constitue un vrai progrès en redonnant de la visibilité et de la lisibilité sur les métiers et les carrières au sein de Pôle emploi. Il me paraît adapté à l’allongement des carrières lié au recul de l’âge de la retraite. Trente millions d’euros seront consacrés à cette refonte des grilles salariales, c’est un effort important dans le contexte budgétaire actuel. Je suis confiant dans notre capacité à parvenir à un accord qui pourrait entrer en vigueur dès le 1er janvier 2015.
avatar
manu
les actifs

Nombre de messages : 371
Date d'inscription : 13/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Revue de presse (piochée sur internet par cheese cake et les autres)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum