Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Ajr59

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

trés interressant ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

trés interressant ...

Message  cheese cake le 25/10/2010, 07:53



SOCIAL.
Révélations sur le malaise à Pôle emploi

Un an et demi après sa création, Pôle emploi a beaucoup de mal à remplir ses missions. Notre journal dévoile les « vrais » chiffres à l'origine de la colère des agents et des chômeurs.


Odile Plichon | 25.10.2010, 07h00

Nicolas Sarkozy l’a désirée malgré les mises en garde des intéressés : la fusion de l’Unedic et de l’ANPE se solde par une gigantesque pagaille. Loin du bilan plutôt rassurant que publient aujourd’hui les pouvoirs publics, les chiffres que nous dévoilons, sur la base de documents internes à Pôle emploi que nous nous sommes procurés, montrent à quoi sont confrontés les 45000 salariés de cette grande maison et avec eux les millions de demandeurs d’emploi.



Des conseillers surchargés.
103 chômeurs en moyenne par conseiller! Cette charge permet au mieux de gérer les urgences, pas d’assurer un suivi correct de chaque chômeur. Si, dans le Nord, la situation s’améliore, en Ile-de-France la situation reste explosive. « Depuis deux ans, nous avons concentré nos moyens sur les fusions de sites, puis sur les retards d’indemnisation », égrène un directeur, « mais l’accompagnement des chômeurs reste le parent pauvre ».

La fusion immobilière, objectif prioritaire.
Réalisé en plein boom du chômage, le mariage ANPE-Assedic a eu de lourdes conséquences logistiques. « Mes conseillers ont parfois travaillé sans bureaux et dans des conditions de travail indignes », s’emporte un cadre basé dans le Sud. « Les chômeurs déboussolés sont encore accueillis dans des agences qui ne sont pas terminées », renchérit Margot Undriener, de la CGT.

Trop peu de conseillers gèrent l’indemnisation.
Depuis la fusion, non seulement les 15000 « ex-Assedic » sont deux fois moins nombreux que les « ex-ANPE », mais un tiers d’entre eux restent des cadres, parfois dépourvus de véritable affectation. « Pour donner un sens à leur présence, ils édictent des normes, gémit un directeur. Mais on manque de bras sur le terrain. » Certes, les sites engorgés peuvent se « délester » sur les mieux lotis mais les dossiers perdus se multiplient.

Le mythe de l’agent à tout faire.
Avec la fusion, le chômeur aurait dû trouver, en un même lieu, un interlocuteur unique capable de lui parler indemnisation et emploi. Problème : les agents ne disposent que de deux, parfois une, semaine pour être formés. « Erreur dans le calcul des droits, pièces manquantes… Beaucoup de directeurs maintiennent les spécificités de chaque agent… et les chômeurs gardent deux interlocuteurs », décrypte une syndicaliste.

Le chômeur, grand oublié de Pôle emploi?
Dévoilé en avril 2010, le rapport du premier médiateur Benoît Genuini qui lui vaut l’inimitié de Christian Charpy, le directeur général (lire en page 3), pointe la façon parfois ubuesque dont les gens sont traités : une lettre enjoignant un homme de présenter son CV lors d’un entretien téléphonique à venir, une dame priée de rembourser 1000 € pour le motif « absence de motif »… La mise en place du 39.49 a rendu le système plus froid. Ce serveur vocal bogue et les conseillers ne sont accessibles que par e-mail.

Une maison centralisée avec des objectifs quantitatifs.
Dans ce paquebot centralisé, chaque directeur a les yeux rivés sur un carnet de bord empli d’objectifs chiffrés. Et malheur à qui s’écarte des procédures. Le culte du secret demeure : certains chiffres, comme les « heures sup » qui montrent l’engorgement de certaines agences, sont jalousement gardés.
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3181
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: trés interressant ...

Message  efe le 25/10/2010, 18:57

c'est la double page du PARISIEN ça ??

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10209
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: trés interressant ...

Message  cheese cake le 26/10/2010, 07:40

oui efe, c'est le parisien

et, dans le figaro ....

Emploi
Le service rendu par Pôle emploi est-il vraiment satisfaisant?

Par Emilie Lévêque - publié le 25/10/2010 à 17:36

Les deux tiers des demandeurs d'emploi se disent globalement satisfaits de Pôle emploi, selon une enquête publiée par le gouvernement. Un bilan positif que contredit la réalité du terrain.

66% des demandeurs d'emploi se disent satisfaits de Pôle emploi. C'est le résultat de la grande consultation lancée cet été par le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, après la démission embarrassante du médiateur de Pôle emploi, Benoît Genuini, dont le rapport épinglait divers dysfonctionnements. Deux tiers de satisfaits, "c'est un bon score", se félicite la direction du service public unique de l'emploi qui reconnaît cependant qu'il reste "des marges de progrès".
Ces chiffres sont-ils fiables ?

Ce questionnaire a été envoyé par e-mail à quelque 500 000 demandeurs d'emplois. 100 000 ont répondu. Il s'agit d'une consultation "d'une ampleur inédite" et "le taux de retour est excellent", ce qui garantit "la qualité et la fiabilité des analyses", a souligné Brice Teinturier, directeur général délégué de l'Ipsos, qui présentait lundi les résultats de la consultation lors d'une conférence de presse aux côtés de Laurent Wauquiez et du directeur général du Pôle emploi Christian Charpy.

"Cette enquête est totalement biaisée", rétorque Sylvette Uzan Chomat du Syndicat National Unitaire des personnels de Pôle emploi (SNU Pôle emploi). "La part de demandeurs d'emploi ayant un accès e-mail n'est pas du tout représentative de la population des chômeurs, explique-t-elle à L'Expansion.com. C'est la partie la plus favorisée des usagers qui a été questionnée." Ce qui est surprenant, en effet, c'est que la partie consultation des entreprises de l'enquête a été réalisée par e-mail et par téléphone (280.000 entreprises ont été sollicitées par e-mail, un complément a été réalisé par téléphone auprès de 300 entreprises).
Les usagers sont-ils vraiment satisfaits ?

Si 80% des demandeurs d'emplois se disent satisfaits de la gestion du paiement de leur indemnisation, et 75% de l'accueil, ils ne sont que 52% à être satisfaits des services proposés pour les aider à réintégrer le marché du travail. Un an et demi après sa création par la fusion de l'ANPE et des Assedic, Pôle emploi n'apparaît pas plus efficace qu'avant dans sa mission d'emploi. Selon une étude réalisée en 2005, un usager de l'ANPE sur deux se déclarait déjà mécontent du service rendu. "Sur le volet accompagnement vers l'emploi, on est moins bons", a reconnu lundi Laurent Wauquiez, concluant que l'enjeu pour Pôle emploi, c'est la "personnalisation". A savoir "délivrer le service adapté à la situation de chacun tout en traitant des flux massifs". Un objectif ambitieux au vu de la réalité du terrain.
Quelle est la réalité du terrain ?

Côté indemnisation, tout n'est pas aussi rose que ne le laisse croire l'enquête. "Le nombre d'agressions verbales et physiques à l'accueil a fortement augmenté, indique Sylvette Uzan Chomat. La plupart de ces altercations sont provoquées par des problèmes liés à l'indemnisation, car il y a des retards très importants pour un très grand nombre de dossiers." Alors que l'inscription doit en théorie être réalisée dans les cinq jours suivant le premier appel téléphonique, et l'indemnisation intervenir assez vite, près de 37 000 dossiers seraient encore en instance dans toute la France (soit 7% des nouveaux inscrits), révèle Le Parisien - Aujourd'hui en France dans son édition de lundi.

Quant au suivi des chômeurs, on est très loin des 50 à 60 demandeurs d'emploi par conseiller évoqués par Christine Lagarde lors de la fusion. Fin août, les agents avaient en moyenne 103 demandeurs d'emploi en portefeuille, selon un document interne du service public de l'emploi. Or même ce chiffre serait en deçà de la réalité. Il correspondrait au nombre de demandeurs d'emplois (4,2 millions toutes catégories fin août) rapporté au nombre d'agents de Pôle emploi, explique Sylvette Uzan Chomat. Rapporté au seul nombre de conseillers de la filière emploi (20 000 personnes), le nombre de chômeurs en portefeuille tournerait donc plutôt en moyenne autour de 200 par conseiller.
avatar
cheese cake
les supra-méga actifs

Nombre de messages : 3181
Date d'inscription : 21/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: trés interressant ...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum