Concours ANPE 2005 - 2006... et après ?
Bonjour et Bienvenue !

La lecture d'un forum ne nécessitant pas de s'inscrire, nous demandons à chaque nouvel inscrit de participer : le partage est important et plus encore dans le métier que nous faisons.

Nous comptons sur votre participation active, faute de quoi nous supprimerions votre compte.

Bonne navigation dans nos colonnes !

efe
Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 55 le 12/6/2017, 19:06

article florence aubenas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

article florence aubenas

Message  Bess le 19/2/2010, 20:13

Florence Aubenas:le journalisme positif,ça suffit!
Par Anne BRIGAUDEAU

Florence Aubenas (vendredi 19 février 2010)

"Je me suis autoproclamée porte-parole des invisibles", sourit la journaliste du Nouvel Observateur
Omniprésente dans les médias ces jours-ci à l'occasion de la sortie de son livre, "Le quai de Ouistreham", Florence Aubenas a choisi de disparaître de février à juillet 2009.

Pour s'immerger dans le monde des précaires, en congé sans solde, elle a pointé à Caen au Pôle emploi, travaillé comme femme de ménage, vécu avec moins de 700 euros par mois.

Elle qui fut cinq mois otage en Irak n'a été reconnue par personne. Aubenas ? Inconnue au bataillon dans la France des démunis. Ceci dit, le nom était inconnu aussi à l'accueil des éditions du Seuil ("Aubenas avec un O ?"), où nous l'avons interviewée ce vendredi 19 février au matin.

Pourquoi choisir de devenir une infiltrée?
Comme journaliste, on a du mal à appréhender les formes d'exclusion. C'est toujours biaisé : pour parler des précaires, on finit souvent par interviewer le stagiaire de sa cousine ou passer par une assistante sociale.

On sait tous que le chômage existe. Mais quand on le vit, ce n'est pas pareil. Quand on vous dit "vous êtes le fond de la casserole", celle qui qui ne trouvera pas de travail, on comprend ce que vivent les gens. Et on rend compte d’une réalité vécue.

Comment les gens devenus héros, à leur insu, du "Quai de Ouistreham" ont-ils perçu ce 'double jeu' ?
Avant que le livre ne sorte, je suis passée les voir, en Normandie. Je leur ai passé le bouquin. Ils étaient estomaqués. Pourquoi parler de moi ? Qu’est-ce qu’il y a à raconter ? En majorité, ils ont été très sympathiques. Même le directeur de l'entreprise de ménage du ferry de Ouistreham, "Jeff", pourtant pas un tendre, s’est jugé ressemblant. Seule l'a chiffonné la couleur de sa moustache, qualifiée de "couleur de cidre" alors qu'il la voit plutôt "poivre et sel". Il y a quand même une chef d'équipe, Mauricette, qui n'a pas vraiment apprécié...

Il y a dans le livre une vision assassine de la fusion qui a abouti à créer Pôle Emploi ...
Je me suis inscrite à Pôle emploi, à peu près au moment de la fusion ANPE-Assedic. Avant cette fusion, il y avait régulièrement quelqu'un, dans la file des chômeurs, pour gueuler "c’est honteux, on se moque de nous". Après la fusion, ils passaient leur temps à dire "bon courage" à ceux qui y travaillent.

Les agents avaient une double pression, ils devaient traiter le marché de l’emploi tout en étant eux-mêmes pris dans leur propre restructuration. Quand on est chômeur, on s’aperçoit aussi qu'une des tâches principales de Pôle Emploi, c’est de masquer le chômage dans les statistiques. Ils proposent aux chômeurs un "parcours création d’entreprises" alors que dans 90% des cas, ça ne marche pas ! J'en discuterai d'ailleurs le 26 février (à 7h40 dans la matinale de Canal + ) avec le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez.

Ce qui ressort du livre, c'est que les femmes sont encore plus mal traitées que les hommes.
Je n’avais pas pensé traiter du travail des femmes, mais ça s’est imposé. Dans la hiérarchie, les femmes sont tout en bas. Dans le ménage, ce sont elles qui nettoient les sanitaires. Je parle aussi de Victoria, une femme de ménage qui a voulu s’inscrire dans un syndicat. Choc des cultures : quand les syndicats, majoritairement masculins, appellent à défiler dans la rue, ils sont tout de suite des centaines. Les femmes de ménage, elles, sont trois avec un balai. Elles ne sont pas prises en considération alors qu'elles représentent le nouveau visage du salariat.

Les précaires ne sont pas dans les radars, pas dans les statistiques. Dans mon livre, il y a une fille qui monte un syndicat, dans l'équipe de ménage du ferry. Personne ne la rejoint : pour ces salariés-là, les syndiqués sont les privilégiés d'un monde auxquel ils n’ont pas accès.

A en croire le livre, les infos à la télé sont anxiogènes ou culpabilisantes.
Quand les médias ont commencé à parler de la crise, pour les plus pauvres, il n'y avait rien de neuf. La crise, ils la vivent depuis longtemps. Si ça fait la une du 20H, ça signifie qu’on va leur retirer leurs allocs, fermer davantage d'entreprises. J'ai entendu des propos comme : "cette crise est une fabrication pour mieux nous licencier".

Ils vivent mal aussi les discours culpabilisants sur les automobiles qui polluent. Sans voiture, ils ne trouvent pas de travail. Pour eux, la télé, c'est cet "ailleurs" qui vous juge.

Un des passages les pires du livre, ce sont ces lycéens obligés de travailler pour vivre, et à qui il reste 8 euros à deux pour se nourrir pendant une semaine.
Avec les divorces, plein de familles se séparent. Le père va vivre sa vie ailleurs et le cas échéant, la mère aussi. Dans le cas dont je parle, il s'agit de deux enfants restés seuls dans la HLM familiale. Les parents paient leur loyer, mais ne leur versent rien d'autre -parce qu'eux-mêmes n'ont pas d'argent. C'est la misère totale.

Le problème des jeunes gens est très lourd, ils n'ont pas accès au RMI et très peu arrivent à passer le permis. A 18 ans, on se trouve hors de tout. Sans parents, c'est l'horreur.

Il y a une grande coupure entre les emplois classiques, en CDI, et ceux qui galèrent pour trouver quelques heures, en CDD...
Oui. Chez les précaires, le débat sur le travail le dimanche ou la retraite à 60 ans n’existe pas. On accepte de travailler le dimanche, la nuit, et bien après 60 ans. La révolte ? Un luxe inaccessible. Avec la fin de l’emploi industriel massif, pas mal de verrous ont sauté. A Caen, il y avait 20.000 emplois ouvriers dans les années 90. Il n'en reste plus que quelques milliers.

Pourquoi choisir de publier ce reportage sous forme de livre ? Le livre est-il l'avenir du journalisme papier ?
La presse écrite se retrouve en retard sur la télévision, qui diffuse des documentaires longs. Il y a une économie audiovisuelle qui permet ça, de travailler six mois sur un sujet. L’économie de la presse papier ne le permet pas. Qui peut décrocher un an sans solde ? J'ai pu le faire, avec l'argent de mon précédent livre sur Outreau ("La méprise"), et avec 5000 euros d'avance sur les droits d'auteur.

Dans la presse écrite, il y a aussi un problème de ligne éditoriale. On veut du journalisme positif . Qui fait encore sa une sur les précaires, les sans-papiers, le mal logement ? Il y a un désinvestissement du champ social par les journaux. Je crois aussi qu'ils se trompent en privilégiant les papiers courts plutôt que longs. Et le dernier problème, c'est que nous, journalistes, on a du mal à traiter le social. Un bon journaliste c’est comme un bon prof : quel que soit le sujet, il vous intéressera.

-> Florence Aubenas publie "Le quai de Ouistreham"
-> Lire aussi :
De Florence Aubenas, une leçon de journalisme
avatar
Bess
les superactifs

Nombre de messages : 1117
Age : 44
Date d'inscription : 04/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: article florence aubenas

Message  efe le 20/2/2010, 09:58

Son livre est assez critiqué par les précaires eux-mêmes, j'ai lu quelques commentaires cinglants ici ou là où elle est jugée peu crédible puisqu'il ne s'agissait que d'une expérience dont elle connaissait la date de fin.

Hormis Ingrid Bettancourt qui a laissé son coeur dans la jungle colombienne, j'ai un profond respect et une grande admiration pour les personnes qui ont été prises en otage et qui ont passé des mois et des mois à se demander quel sort leur serait réservé.

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: article florence aubenas

Message  Bess le 20/2/2010, 11:27

je partage ton avis efe...quand on sait que l'expérience sera limitée dans le temps, malgré tout, on ne peut être objectif au maximum en tout cas... je pense qu'inconsciemment, on sait que la fin de la galère arrive...donc, on est peut-être moins regardant sur certains aspects de la précarité...
sinon, pour parler d'ingrid, oui, ce qu'elle a vécu est horrible, mais je pense qu'elle est repartie avec beaucoup, beaucoup d'amertume et d'agressivité aussi je pense....
avatar
Bess
les superactifs

Nombre de messages : 1117
Age : 44
Date d'inscription : 04/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: article florence aubenas

Message  efe le 20/2/2010, 11:49

c'est l'avis des précaires, pas le mien Bess.

Quant à Ingrid elle n'avait peut être pas de coeur à la base...........

_________________
Il n'y a pas de problème il n'y a que des solutions
avatar
efe
Admin., Gardienne du Temple

Nombre de messages : 10224
Age : 87
Date d'inscription : 27/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: article florence aubenas

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum